Je vous assure que nous devons, entre guinéens, être vigilants, faire attention à ceux qui pourraient profiter des crises ou des incertitudes (Colonel Amara)

Colonel Amara, ministre Secrétaire Général à la présidence et porte-parole de la présidence Guinéenne a sollicité des Guinéens une attention toute particulière. Craint-il quelques choses de mauvais contre le pays ? En tout cas, il a lancé un avertissement tout en rappelant que les crises, les guerres constituent un fonds de commerce très rentable pour certains.

 » Dans un passé récent, j’étais soldat au compte des Nations-Unies. Une fois, je rentrai de congé, dans le bus qui était rempli, il y n’avait pas plus de deux personnes qui avaient la même nationalité. Ce jour, j’ai eu un pincement au cœur en me disant : La guerre fait qu’un népalais peut se retrouver au Mali, un soudanais se retrouver au Mali et gagner son pain. Cette crise a commencé entre 2012-2013. Nous avons des frères, paix à leur âme, qui y ont laissé leur vie. Mais la guerre n’est pas prête à finir, tout simplement parce que la crise, les divergences, constituent pour certains citoyens, des fonds de commerce. 

« Je vous assure que nous devons, entre guinéens, être vigilants, faire attention à ceux qui pourraient profiter des crises ou des incertitudes. Parce que souvent, c’est un marché facile. Vous allez dans les institutions internationales pour trouver de l’argent pour construire des hôpitaux, vous ne l’obtiendrez pas facilement. On fera passer le pays par beaucoup de pédagogie, au bout de 18 mois, vous ne l’aurez pas obtenu. Mais il y a de l’argent pour effectuer des voyages, il y a de l’argent pour dire violation des droits de l’homme. Ça nourrit des poches, mais ça ne construit pas un pays. Ce sont des gens qui viendront s’enrichir, prendre l’argent de notre pays. Soyons vigilants « . A-t-il averit.

Quelles doivent-être les raisons de cette sortie du puissant ministre Guinéen ?  Pour lui, la Guinée est au carrefour de beaucoup d’enjeux et de préoccupations. A l’en croire, il y’a des personnes qui voudraient à c’est que la transition ne se passe pas bien, cela y compris des fils du pays.

 » Le moment que nous vivons en Guinée, est très important. Si nous passons à côté, je ne sais pas encore quelle est l’opportunité qui va s’offrir à la Guinée. On est au carrefour de beaucoup d’enjeux et de préoccupations. Il y a beaucoup qui voudraient que ne se passe pas bien, y compris des fils de ce pays. Il est bon de savoir que la Guinée se construit avec tout le monde. Mais malheureusement, on a des frères qui pensent que la Guinée ne peut se faire qu’avec eux et pour eux. La guerre, les crises, c’est un business très rentable. Ça profite à beaucoup, il faut que nous soyons très vigilants« .

Qu’est-ce qui est entrrain de se passer que le peuple ne sait pas encore ? Pourquoi des tels avertissement, surtout en ce moment ou les partis du G58 ainsi que le l’ancien parti au pouvoir et ses alliés disent être entrain de preparer leurs futures manifestations, malgré que cela soient interdites les autorités de la transition ? Doivent-on craindre ?

La suite nous le dira.

A suivre…

Réagir