Oumarou Souley écrit à Mohamed Bazoum, président du Niger (letttre)

À Son Excellence Bazoum Mohamed, Président de la République du Niger

Votre Excellence, lors de votre première conférence de presse vous vous êtes gratuitement pris aux autorités maliennes et avez porté atteinte à la souveraineté de leur pays et à la dignité de leur peuple.

Récemment encore face à la presse dite africaine, vous avez Excellence, évoqué un sujet pouvant entamer les bonnes relations avec notre grand voisin le Nigeria en insinuant que la monnaie nigériane, le naira constitue un frein à l’économie du Niger.
Excellence, nous avons constaté que toutes les fois que vous prenez des positions de ce genre, ce n’est non pas pour garantir l’intérêt du Niger mais plutôt pour protéger les intérêts du maître colon. En effet, la première fois c’était pour défendre l’intérêt de la France au Mali, cette fois pour défendre le franc CFA.

Excellence, sachez que le peuple nigérien a mal, toutes les fois qu’un peuple voisin est attaqué. Le peuple nigérien, celui du Nigéria et du Mali sont des peuples frères que même la colonisation française et britannique n’ont pas pu séparés à fortiori le néocolonialisme rampant qui disparaîtra avec votre génération d’hommes politiques.

Nous vous serons reconnaissants de tout intérêt que vous accorderez à cette remarque.
Mes considérations distinguées

Oumarou Souley.

Réagir