AFRIKENTREPRENEURS.COM
La Vraie Information, c'est ICI

Immigration : il est pénible de voir un pays se vider continuellement de ses brillants cerveaux (par Aliou Bah)

Aussi curieux que cela puisse paraître, le valeureux citoyen Guinéen en général ne se sent rassurer et épanoui que lorsqu’il acquiert l’opportunité de construire une partie de sa vie hors de son pays.

Cela devient pour lui un reflex de sécurité personnelle, placer ses avoirs financiers, scolariser ses enfants, acheter un appartement ou une maison, garantir ses soins de santé…dans un autre pays.

Et pourtant, l’idéal devrait être l’inverse; c’est-à-dire investir, se soigner, étudier, passer ses vacances à travers son pays. Cela aurait l’impact du confort psychologique et l’avantage économique de depenser son argent pour enrichir les siens.

Mais cet état de fait est loin d’être la faute des citoyens car nul ne peut contester à son compatriote l’amour de son pays. Le problème fondamental en est que la Guinée n’a jamais été véritablement rassurante pour ses enfants qui ont certains mérites, à plus forte raison les étrangers sérieux en quête d’opportunités de réussite.

C’est ce qui explique en grande partie que nous soyons un pourvoyeur massif d’immigrés dans le monde plus que certains pays en guerre. Et pourtant, ce phénomène cause un énorme préjudice au circuit économique local car la fuite des forces de production réduit considérablement les atouts et perspectives de développement.

Si au moins les conditions encourageantes d’un retour existaient à travers les opportunités d’entreprendre, l’égalité des chances, la culture du mérite, la sécurité, la justice sociale… bref une gouvernance globalement vertueuse en faveur de tous.

À défaut, il est pénible de voir un pays se vider continuellement de ses brillants cerveaux à la grande satisfaction de ses dirigeants prédateurs qui imposent la résignation, la soumission, la fatalité et la grande misère aux esprits rendus faibles par la mauvaise qualité de l’éducation, la manipulation politique et le pillage des ressources publiques.

Aliou BAH
#MoDeL

Les commentaires sont fermés.