Deux axes qui modifient la géopolitique mondiale : Russie-Chine-Iran et Russie-Iran-Inde

par Alfredo Jalife-Rahme.

L’Iran se positionne désormais comme un centre (une intersection) entre deux axes futuristes, l’un de nature géopolitique (avec la Chine) et l’autre de nature géoéconomique (avec l’Inde) et entre trois superpuissances convergentes (le RIC : Russie-Inde-Chine)

Dans sa sombre oraison funèbre, au lieu de donner une conférence à la Ditchley Foundation, l’ancien Premier ministre britannique méga-polémique Tony Blair (TB), au bord de la dépression mentale et dans le cadre de son schéma bipolaire simpliste entre les États-Unis et la Chine – sans la Russie – a exposé le partenariat stratégique du binôme désormais indissoluble de la Chine et de la Russie, auquel s’ajouterait l’Iran.

Tony Blair a laissé l’Inde et l’Indonésie (la plus grande population islamique du monde) flotter dans le vague, ce qui n’augure rien de bon pour eux de la part de la perfide Albion.

On pourrait arguer que l’axe Russie-Chine-Iran est plus géostratégique, lorsque l’Iran entretient simultanément des relations optimales avec la Chine et la Russie – sans parler de l’Inde – malgré l’épée de Damoclès tranchante des sanctions américaines et la menace permanente d’une attaque d’Israël qui, avec l’appui de Washington, exerce unilatéralement un monopole sur 250 bombes nucléaires au Moyen-Orient.

La récente visite de haut niveau du président russe Vladimir Poutine à Téhéran (sa cinquième visite, ce qui est significatif) – pour assister au sommet trilatéral avec le sultan Erdogan de Turquie dans le cadre du « format Astana » destiné à résoudre le conflit syrien – a marqué un accord historique de 40 milliards de dollars sur les hydrocarbures.

Le Global Times de Chine rapporte que la visite de Poutine à Téhéran est un revers majeur pour le camp occidental qui fait suite au voyage de Biden, qui est revenu du Moyen-Orient les mains vides – incapable de créer une OTAN arabe, c’est-à-dire un front contre l’Iran, et pire, incapable d’augmenter la production de pétrole des six pétromonarchies du Conseil de coopération du Golfe, dirigé par l’Arabie saoudite.

L’Iran vient de rejoindre le Groupe géostratégique de Shanghai et a demandé à adhérer aux BRICS à l’initiative du chef suprême de la théocratie chiite, l’ayatollah Khamenei, et de son président Ebrahim Raisi.

Le très médiocre conseiller à la sécurité nationale de Biden, Jake Sullivan, affirme que l’Iran prévoit de livrer des centaines de drones de combat à la Russie, tandis qu’un autre conseiller accro à la russophobie incoercible, Anshel Pfeffer, exagère en affirmant que « Poutine a perdu la guerre des drones » et en expliquant « comment l’Iran peut l’aider en Ukraine ».

Deux points saillants qui ont attiré mon attention sont 1. le déclassement progressif de la Turquie, toujours membre de l’OTAN, et de l’Iran, et 2. le très importantes corridor de transport géoéconomique Nord-Sud – par terre, rail et mer (INSTC), de 7200 km reliant la Russie et l’Inde à travers l’Iran et l’Azerbaïdjan en passant par la mer Caspienne.

Selon les évaluations du PIB nominal posées par le FMI, l’Iran se classe désormais au 14ème rang, malgré les sanctions américaines dévastatrices, avec 1,74 trillion de dollars, devant l’Espagne et derrière l’Australie, tandis que la Turquie est tombée au 23ème rang avec 692,38 milliards de dollars, ce qui a nui à la valeur de la livre turque.

Selon Bloomberg, la Türkye (son nouveau nom) cherche à abandonner le dollar dans ses paiements pour l’énergie russe, ce qui « pourrait ralentir le déclin de ses réserves ».

La nouvelle route de l’Inde vers la Russie, via l’Iran et l’Azerbaïdjan, réduira de moitié le poids de la logistique actuelle.

L’INSTC offre la connectivité la plus courte entre l’Inde et la Russie, ce qui réduira leurs coûts logistiques et le temps de transport.

L’Azerbaïdjan et l’Iran ont également conclu un nouvel accord de transport qui permettra de relier la Russie et l’Inde et fait donc partie de l’INSTC.

L’Iran se positionne ainsi comme un centre (un carrefour) de deux axes futuristes, l’un géopolitique (avec la Chine) et l’autre géoéconomique (avec l’Inde), avec trois superpuissances convergentes (le RIC : Russie-Inde-Chine), tandis que la Turquie, membre de l’OTAN, réfléchit à son dilemme existentiel : rester dans un bloc occidental qui la dédaigne ou renouer avec son glorieux passé de Moyen-Orient-Asie centrale.

source : Geopol

via Euro Synergies

Réagir