Présientielles au Kenya : l’élection de William Ruto divise la Commission électorale

Vice-président du Kenya, l’élection de William Ruto a été actée après six jours d’attente. Certains rejets des résultats ont déjà été formulés.
Le président de la Commission électorale du Kenya a déclaré  ce lundi 15 août William Ruto vainqueur de l’élection présidentielle face à Raila Odinga Une annoce qui a aussi vite produit des effets de rejet des résultats par une partie de la commison éléectorale pourtant indépendante.

Wafula Chebukati a annoncé que le vice-président sortant Ruto avait cumulé plus de 7,17 millions de votes, soit 50,49 % des voix, contre 6,94 millions, soit 48.85 % pour Raila Odinga, remportant l’une des élections les plus serrées de l’histoire du pays.

A 55 ans, William Ruto devient président de la Republique du Kenya.

William Samoei Ruto devient le cinquième président du Kenya, succédant à Uhuru Kenyatta qui, après deux mandats depuis 2013, n’avait pas le droit d’en briguer un troisième.

Il a devancé de 233,211 voix Raila Odinga au terme d’une campagne et d’un scrutin globalement paisibles suivis d’une interminable attente de six jours qui a mis à rude épreuve la patience des Kényans.

William Ruto devient le premier membre de l’ethnie Kalenjin à être élu président depuis vingt ans, succédant à deux présidents de la communauté kikuyu.

À 55 ans, l’ambitieux Ruto a âprement fait campagne ces dernières années à mesure qu’il était mis sur la touche par une alliance inattendue entre Kenyatta et Odinga, travaillant à polir sa réputation sulfureuse.

Cet enfant d’une famille modeste de la vallée du Rift devenu l’une des premières fortunes du pays aime à rappeler son histoire de « self-made-man » parti de rien et s’est proclamé porte-parole des « débrouillards » du petit peuple face au pouvoir des dynasties politiques incarnées par Kenyatta et Odinga.

 

Réagir