Sous le CNRD, la prison n’inquiète plus, c’est la liberté qui étonne (Par Marouane)

Mais qui a dit que la liberté est la règle et la prison, l’exception ?
C’est trop ridicule et c’est très mal connaître qu’un pays du nom : Guinée est aussi l’exception de la règle.
Ici, tout va à l’envers et selon la volonté ou l’humeur des maîtres du moment. Dans ce pays de 245.857 km², plus rien ne surprend ou ne choque personne.
Plus besoin des soins d’un avocat sorti de l’école de Bordeaux ou de Toulouse pour défendre un quelconque dossier judiciarisé. Il suffit juste et très juste, de ne pas être dans la cour et l’esprit des hommes forts du moment pour être exempté de toute poursuite ou d’être cité dans n’importe quel dossier vrai ou imagé du cercle restreint des très puissants de l’heure.
En Guinée, désormais, la prison n’inquiète plus personne, c’est être libre qui crée des inquiétudes et des étonnements.
Car, avec le CNRD, la prison est la règle et la liberté, l’exception. Mentalement, psychologiquement, tout le monde est prisonnier et chacun attend d’être convoqué pour ses « délits d’opinions » comme c’est le cas.
Mais vouloir aller à l’encontre de la volonté du CNRD et de son ayatollah est synonyme de « crime de lèse-majesté ».
La prison est aujourd’hui une fatalité pour tous les anciens dignitaires. Chacun attend d’être convoqué avec la certitude d’être placé sous mandat de dépôt.
Le CNRD en a décidé ainsi, et malheureusement, cet ainsi va notre transition !

Par Habib Marouane Camara, Journaliste-chroniqueur.

Réagir