L’affaire Edward Snowden: Vladimir Poutine siffle la fin de l’épisode et l’accorde la nationalité russe

Dans le conflit à distance qui oppose les Etats-Unis et la Russie à cause du désormais américano-russe Edward Snowden, lanceur d’alerte à la justice des États-Unis, c’est Vladimir Poutine qui pourrait conduire à siffler la fin de la récréation.

En effet, un décret publié ce 26 septembre 2022 confère la nationalité russe à Edward Snowden.

C’est officiel, Edward Snowden est désormais russe

Peu d’informations sont encore disponibles concernant le dernier décret de Vladimir Poutine octroyant la nationalité russe à plusieurs dizaines d’individus, dont le célèbre lanceur d’alerte Edward Snowden. Toutefois, l’information est bien confirmée par plusieurs agences de presse telles que l’AFP et Reuters dans leurs dépêches respectives.

Réfugié en Russie depuis 2013 après avoir tenté, en vain, d’obtenir l’asile dans plusieurs pays européens dont la France, Edward Snowden y a, depuis, obtenu plusieurs titres de séjour. Le dernier, accordé en 2017 pour une durée de 3 ans, avait débouché sur l’obtention d’un statut de résident permanent russe en octobre 2020.

Désormais, Snowden, qui encourt toujours jusqu’à 30 ans de prison pour avoir dévoilé au grand public plusieurs milliers de documents attestant d’une surveillance de masse opérée par la National Security Agency (NSA) américaine, pourrait entrevoir l’avenir de manière plus sereine et notamment célébrer ses 40 ans à venir en Russie plutôt que dans une geôle au pays de l’Oncle Sam.

Une action qui n’a rien d’anodin dans un contexte de fortes tensions générées par le conflit russo-ukrainien

Concernant le potentiel effet de la naturalisation d’Edward Snowden pour sa nationalité américaine et son extradition, il va falloir attendre plusieurs jours et une réaction officielle en provenance de Washington. Le débat est cristallisé depuis de longues années aux États-Unis sur le sujet. Le dernier soubresaut date d’une prise de position de Donald Trump évoquant une potentielle grâce à l’égard de Snowden en mars 2020 qui n’a finalement jamais abouti. En 2016, Barack Obama avait quant à lui refusé de gracier le lanceur d’alerte.

Toujours est-il que, dans le cadre du conflit latent dû à l’invasion russe en Ukraine en mars 2022, cet acte de Vladimir Poutine ne doit rien au hasard. Une provocation à l’encontre des États-Unis pour les uns, un acte favorable au militantisme et à la protection des lanceurs d’alerte pour d’autres : le débat reste ouvert. En attendant, Edward Snowden continue de prendre position sur divers sujets tech, notamment sur l’affaire Pegasus, par le biais de son compte Twitter, mais il ne s’est pas (encore ?) exprimé sur sa naturalisation.

Source : AFP

Réagir