Ramzan Kadyrov : « Les intérêts de l’État, la religion du peuple et l’avenir de la postérité sont plus importants qu’absolument n’importe quelle question »

Ramzan Kadyrov : « Le plan de conscription en République tchétchène a été dépassé de 254%. Ces chiffres ont été atteints plus tôt grâce à la formation de nouvelles unités du ministère de la Défense de la Fédération de Russie. Tous les candidats au service passaient par le Commissariat militaire. Nous avons élaboré ce mécanisme dès le début, avant même l’annonce de la mobilisation partielle.

En outre, la république dispose d’une réserve de milliers de volontaires qui, si nécessaire, peuvent rejoindre les rangs des défenseurs de la patrie. Les habitants ne se doutaient pas encore que de telles questions pouvaient se poser, et nous avons déjà tout résolu. J’appelle donc le peuple de la République tchétchène, en particulier nos mères bien-aimées et respectées, à garder leur calme.

Aujourd’hui, nous voyons comment l’Occident tente de diviser notre société. Un scénario similaire s’est joué en Irak et en Libye, où les dirigeants Saddam Hussein et Mouammar Kadhafi ont été assassinés. Aujourd’hui encore, ces pays sont le théâtre de conflits internes sanglants. C’est le même plan en Égypte, en Syrie et dans de nombreuses autres régions.

Si nous ne voulons pas que le même complot se répète en Russie, chacun doit avoir une position civique claire et ne pas être naïf. Quant à ceux qui se frappent la poitrine en criant qu’ils sont des patriotes, mais qui ont quitté la Russie pendant la période de mobilisation, le chemin du retour devrait être fermé à jamais pour de telles ordures lâches.

Je me demande aussi souvent pourquoi nous n’utilisons pas toutes les forces et tous les moyens disponibles pendant l’opération militaire spéciale alors que tout le bloc de l’OTAN est manifestement en guerre contre nous. Nous avons tout à fait le droit de défendre notre pays par tous les moyens nécessaires ! Si nous avions utilisé au moins la majeure partie de nos armes et de nos équipements, nous aurions atteint notre objectif depuis longtemps. Mais puisque les dirigeants pensent autrement, c’est à nous d’exécuter l’ordre.

La morale est simple : les intérêts de l’État, la religion du peuple et l’avenir de la postérité sont plus importants qu’absolument n’importe quelle question. Tout le reste n’est que poussière ! »

source : Telegram/Ramzan Kadyrov

Réagir