Ouverture du procès des massacres du 28 septembre : ‹‹ C’est le lieu de demander à tout le peuple de Guinée à la retenue ›› Charles Wright

C’est un jour mémorable pour la Guinée comme le disent les autorités du pays qui décident d’organiser en ce 28 septembre, 2022 l’ouverture du procès des massacres ce jour qui a coûté la vie à plus d’une cinquantaine de Guinéens.

A l’occasion de cette belle rencontre, le ministre de la justice, des droits de l’homme, Alphonse Charles a décidé de mettre en avant le droit des accusés et ceux de toutes les parties prenantes. En tout cas, c’est devant le procureur de la CPI que le ministre, Alphonse Charles a pris cette promesse.

« Tous ceux ou celles qui ont perdu la vie au cours de ses événements douloureux, je pense à des personnes qui ont eu des conséquences physiques, ses femmes qui ont perdues la vie , ses femmes qui ont été violées à ciel ouvert. Aujourd’hui, ce n’est pas un jour de joie pour nous, c’est un jour de tristesse parce que rien ne peut justifier la commission d’un crime de masse. C’est le lieu de demander à tout le peuple de Guinée à la retenue, à l’union sacrée et d’éviter des propos qui sont de nature à semer la confusion sur la responsabilité pénale personnelle qui doit être justifiée, discutée devant les juges. Nous les appelons au professionnalisme d’impartialité, de neutralité, qui sont le fondement d’une justice équitable. Le droit des accusés et de toutes parties prenantes doivent être observés et respectés pour qu’à l’issue de ce procès que chaque guinéen puisse connaître la victime et qu’on puisse se pardonner, se réconcilier avec notre histoire. Dans tous les cas on ne peut pas porter l’actif de la Guinée sans supporter le passif ››, a déclaré le ministre Charles Wright. 

Dans la même lancée, le ministre de la justice a par ailleurs exprimer toute l’indépendance de la justice mais aussi  celle de la CPI pour la paix et la quiétude en Guinée.

Nous y reviendrons…

Réagir