Claude Pivi à la barre : ‹‹ Le président m’a dit qu’il ne sait pas ››

C’est un Pivi très remonté qui fait face au président, procureurs et deux parties d’avocats ce mardi, pour répondre aux questions liées aux massacres de 28 septembre.

Cet ancien partenaire très actif de Dadis Camara, ex président du CNDD, affirme n’avoir pas été au stade lors de ces événements douloureux.

‹‹ Le soir à 20 heures, j’ai allumé la télévision, j’ai vu le filmage du stade, la pagaille, la panique, tout. Je suis maintenant venu voir le président dans son bureau, je lui ai demandé qui a donné l’ordre à des militaires d’aller au stade ? Le président m’a dit qu’il ne sait pas, j’ai dit où est-ce qu’ils ont quitté pour aller faire la panique au stade parce qu’ils ont sérieusement fait du gaffe. Parce que, ça parle à la télévision alors qu’on était beaucoup aimé mais aujourd’hui ce que j’entends à la télévision comme ça, on est déjà sali comme ça et ce n’est pas normal. Donc, le travail que moi j’ai fait dans ce pouvoir-là est tombé dans l’eau, des gens sont allés gâter notre travail, cela veut dire que le travail est tombé comme ça. C’est moi-même qui le disait maintenant. J’ai dit d’accord, je vais faire des enquêtes, si j’apprends que quiconque est allé au stade, je vais les mettre tous aux arrêts sans commandement. Après, je suis parti au bureau, j’ai demandé à mon groupe qu’on arrête tous les éléments qui sont partis au stade parce que si on ne les arrête pas maintenant là, demain nous serons tous salis. Donc, il faut qu’on mette main sur les gens là et qu’on soit les premiers à faire déclarer, ça va nous donner la force ›‹, a longuement expliqué Pivi a la barre. 

Dans la même logique, il continue de répondre aux questions avec un autre style de défense, traitant Toumba de bébé hollandais de Dadis. 

Affaire à suivre !

Réagir