Crise politique et éducative : Alpha Condé s’adresse aux guinéens sans trop convaincre

Banniere CBG

La crise dans le système éducatif en guinée est entrée depuis ce lundi dans sa 4ème semaine. Toujours aucune solution en vue pour permettre aux élèves de reprendre le chemin des classes à tel point que de nombreux guinéens redoutent une année blanche. Les discussions en cours au palais du peuple entre gouvernement et syndicats de l’éducation sous l’égide du nouveau médiateur de la république , l’ancien premier ministre Mohamed Saïd Fofana coincent autour du payement des 30% avec effet rétroactif. Cette paralysie doublée des réclamations politiques bloque la marche du pays.

Face à la recrudescence  des crises politiques et éducatives, le chef de l’État s’est adressé aux guinéens cette nuit du lundi 05 mars 2018.

S’agissant de la grève des enseignants, Pr Alpha Condé se dit préoccupé par la situation tout en déplorant la persistance des grèves dans le secteur de l’éducation.

« Je regrette comme tous les guinéens, les élèves et leurs parents que notre école connaisse une succession de grève. A travers nos enfants aujourd’hui privés de leur droit à l’enseignement, ma responsabilité première en tant que chef de l’État est d’être à l’écoute de tous les guinéens et de trouver des solutions aux problèmes du pays dans un langage de vérité et de sincérité partagée. Convaincu que, seuls, le dialogue et la concertation sont en mesure de mettre fin à toutes les incompréhensions, j’en appelle à toutes et à tous à commencer par le gouvernement et à moi-même pour répondre à leur aspiration légitime dans le cadre d’un échange franc et d’un partenariat responsable » lance le chef de l’exécutif guinéen.

Pour le président de la République, la guinée est sur la bonne voie mais l’instabilité sociale et politique risque de saper les efforts. C’est pourquoi, Pr Alpha Condé propose une trêve sociale dans le pays.

« Notre pays est en marche vers le progrès mais à condition que notre stabilité politique et sociale ne soit pas menacée par des crises sociales à répétition et de conflits politiques permanents. Aussi, je voudrais solliciter de tous les partenaires sociaux, une trêve sociale pour que nous consacrions toute notre énergie, tous nos talents, toute notre compétence à éviter des crises devenues récurrentes et cycliques ainsi qu’à créer de la richesse pour endiguer dans notre pays, la pauvreté. Je m’emploierai personnellement à encourager un dialogue direct et franc avec toutes les forces vives de la nation pour parvenir à un large consensus sur des questions d’intérêt national. Ce dialogue a déjà commencé avec les organisations socioprofessionnelles et se poursuivra les jours à venir. Plus que jamais, la guinée a besoin de l’union sacrée de la nation» rappelle le président de la république.

Mamadi Terna Kamissoko

622 55 29 17

 

Réagir