Paul Moussa, limogé pour n’avoir pas rejoint le RPG ?

Banniere CBG

 Limogés il ya un peu plus de dix jours pour dit-on fait de corruption, le dossier Paul Moussa Diawara et Sékou Camara continue à alimenter la chronique dans la cité. Plus les jours passent, plus les choses s’éclaircissent d’avantages, votre site d’information océanguinée.com après avoir recoupé certaines sources d’informations et faits note ceci.

Bien que tous ces deux soient responsables des régies financières, mais il ya eu des non dits dans ce dossier note une source d’information. Faire un assainissement afin de rendre saine la gestion des services publics est bon mais pas de règlement de compte. Pour le cas du second Sékou Camara le désormais ancien directeur général de l’office guinéen des chargeurs l’on ignore encore les vraies causes de son limogeage.

Pour le cas du premier je veux bien nommé le sieur Paul Moussa Diawara l’on voyait les choses venir il ya de cela très longtemps note à nouveau notre source. Les vrais problèmes ont débuté quand celui-ci a commencé à alimenter les sections de son parti le MPD mouvement pour le progrès et le développement. Il est vrai que depuis son arrivé les réunions se sont de plus en plus multipliées au sein de cette formation politique chose qui était normal à l’époque par ce qu’on estimait que le jeune avait besoin de moyen pour déstabiliser le rival Jean Marc Téliano dans le pays Kissi qui venait de faire son retour dans l’opposition.

Chemin faisant, ayant obtenu plus de soutien dans le pays Kissi Paul renforce les structures de son parti et devient incontournable dans cette communauté voir influent même au-delà, il multiplie ses sorties médiatiques pour se faire connaitre de mieux. Depuis lors, la décision a été prise au sein du RPG afin de se débarrasser de l’homme mais en quoi faisant ? il faut l’anéantir tout de suite, mettre autour de son service un conseil d’administration pour désormais contrôler toutes les rentrées et sorties et celui-ci sera présidé par Sanoussy Bantama Sow un cacique du RPG.

Nommé à ce poste pour une mission bien claire ce dernier multiplia donc des déclarations ciblées à l’endroit de certains alliés pendant les assemblées générales du parti RPG, lesquelles un bon observateur avertis n’avait pas besoin de se poser des questions pour savoir de qui il s’agissait. Entre autres ‘’ nous mettrons fin à notre contrat avec tout allié qui se présentera contre nous dans une commune’’. Cette déclaration est faite quand Paul Moussa avait été choisi par un mouvement de soutien pour briguer la mairie de Matoto. Ou encore ‘’ le RPG n’a pas besoin des militants ou leaders du cinquième colon’’ Comme à chaque occasion lors des assemblées générales le micro était donné à certains leaders de partis pour se prononcer Paul rétorquait tout de suite à ces propos. ‘’ Nous ne sommes pas des militants du cinquième colon mon père feu capitaine Balla Diawara est un militant des premières heures du RPG à Kissidougou je ne sais pas quand on parle du cinquième colon on veut bien parler de qui ?’’. Au parlement, le président parlement de la majorité Amadou Damaro Camara a lui aussi interpeller le premier ministre Youla en ces termes ‘’ Pour d’avantages accroitre les recettes de l’Etat nous vous disons qu’un responsable de régies financières ne doit pas être dans la rue en train de faire de la propagande politique’’. Paul Moussa a selon nos sources été même rapporté à Sékhoutouréya palais présidentiel qu’il se préparait pour la présidentielle de 2020. Convoqué là, le locataire de ce palais lui aurait même demandé de déposer sa lettre de démission avant de sortir du palais. Chemin faisant le désormais ex patron de l’OGP ayant compris la démarche de ses alliés mis de l’eau dans son vin, à cause de la multiplicité de ses ennuies, suspend donc tous ses mouvements politiques sorties médiatiques et autres. Notons enfin que ce décret pour fait de corruption à hauteur de 25 milliards n’était point une surprise car on le voyait venir. La question qu’on se pose pourquoi c’est maintenant ? Et pourquoi alors qu’il ya bien d’autres aussi cités dans plusieurs révélations de corruption comme la SEG, EDG, AGRECO et tant d’autres. Reste à savoir si ce projet d’assainissement des finances publiques ne se limitera pas à ces deux seulement. Affaire à suivre.

 

 M L Yansané

 

Réagir