Syndicat et gouvernement à couteau tiré

Banniere CBG

Première journée ce mercredi 4 juillet des discussions tripartites entre syndicat patronat et le gouvernement. En toile de fond, l’ouverture des négociations autour des mesures d’accompagnements après l’augmentation du prix de carburant à la pompe. La rencontre s’est tenue dans les locaux du ministère de la fonction publique.

Pour la circonstance, les débats se sont tenues à huis clos, la délégation syndicale était conduite par El hadj Mamadou Mansaré 2ème secrétaire général adjoint de la CNTG, le gouvernement par les ministres des hydrocarbures, celui de la fonction publique et d’autres cadres techniques sous la facilitation de l’inspecteur général du travail.

Cette rencontre fait suite à l’appel de ville morte déclenchée par la société civile et les principales centrales syndicales du pays. La mesure qui s’étend sur toute l’étendue du territoire national a paralysée ce mercredi une bonne partie du trafic routier. Pour cette première journée, les débats ont essentiellement porté sur la baisse du prix carburant à la pompe.

Au sortir, l’inspecteur général du travail Alia CAMARA laisse entendre que ‘’ le syndicat dit avoir pris note des explications données par le gouvernement ils ont promis de revenir en temps opportun en attendant de rendre compte à la base et à leurs leaders’’.

Pour la délégation syndicale, le document déposé à la primature lui permet d’ouvrir les négociations sur la base du protocole d’accord de 2016. ‘’ Comme nous l’avons dit dans nos communiqués, nous sommes ouvert à toutes négociations, mais pour l’instant, nous ne pouvons faire aucun commentaire en attendant de consulter notre base’’ a dit Mamadou MANSARE est le chef de la délégation.

Ce présent document stipule clairement, que toute hausse ou baisse du prix de carburant doit faire l’objet de concertation entre les parties. En attendant une issue favorable, le mot d’ordre de grève reste toujours maintenu a indiqué le secrétaire général adjoint de la CNTG.

M L Yansané

pour ocenguinee

Réagir