Guinée/Kindia: Abdoulaye Bah, El hadj Mamoudou Camara et la Mairie

Banniere CBG

Abdoulaye Bah sera-t-il le maire de Kindia ?

Depuis la signature du document d’entente entre la mouvance et l’opposition le 8 aout dernier, la contestation continuent toujours dans certaines villes. Ce document de compromis donnait d’office l’exécutif de la mairie de Kindia à L’UFDG celui de Dubréka au RPG.

Deux jours après sa signature, les jeunes de la ville des agrumes se réclamant du RPG sont descendus dans la rue pour exprimer leur désapprobation. Si plusieurs observateurs avaient expliqué cet état de fait par une instrumentalisation c’est le grand imam de la ville qui se mêle désormais dans la danse.

‘’ Nous n’accepterons jamais que notre mairie soit dirigé par un non natif de Kindia’’ a indiqué jeudi dernier El hadj Mamaoudou Camara grand imam de la ville lors d’une réunion des sages.

En réponse, le principal concerné s’est lui aussi livré à la presse ce vendredi 17 aout 2018. Dans un entretien accordé à notre rédaction, Abdoulaye Bah futur maire de Kindia au compte de l’UFDG a exprimé toute sa désolation face à de tels propos dans un Etat de droit.

‘’ Nous sommes choqués mais aussi heureux de savoir que dans notre ville qu’il ya encore des notables, des sages, pire des imams qui tiennent de tels propos concernant leur fils et filles. Nous pensons que la Guinée est une république sociales laïque unitaire et indivisible qui unit les enfants autour de la devise travail justice et solidarité.  Nous ne pensons pas que la Guinée était une république ethnique communautariste et régionaliste. Nous sommes très tristes’’.

Pour toujours fustiger ces propos ethniques dans un Etat de droit, le responsable local de l’UFDG indique avoir saisi son avocat maitre Salifou Béavogui et certaines organisations de défense des droits de l’Hommes afin de porter plainte contre le grand imam. Mon avocat est en train de travailler sur le document et croyez moi dans les prochains jours  El hadj Mamaoudou Camara sera devant la justice de son pays par ce qu’il n’est pas au dessus de la loi. J’espers que nul n’est censé ignorer la loi, si un responsable de son envergure s’est permis de tenir de tels propos qui viole systématiquement l’article 4 de la constitution et celui 313 du code pénal guinéen il sera à la barre pour s’expliquer’’.

Compte tenu de la situation, Abdoulaye Bah est attendu ce samedi 18 aout à Conakry pour un entretien avec le leader de l’UFDG. Cette déclaration ne mettrait-elle pas à la base les accords signés entre les formations politiques, attendons de voir.

                                                                                                            MLYansané  

Réagir