Guinée: « J’ai été l’un des ministres les plus malheureux durant les 14 mois derniers » dixit K2

Banniere CBG

Il est dur, dur, très très dur. A l’entendre parlé, on a la chair de poule. L’ancien ministre du régime condé, ibrahima kalil konaté dit k2.  Nous l’avons écouté ce matin Chez nos confrères spaciens dans l’émissio , les grandes gueules.

« J’ai été l’un des ministres les plus malheureux durant les 14 mois derniers que j’ai fait à la tête de ce département, nos activités étaient subventionnées par de bonne relations. On s’endetait pour faire les dépenses courantes », explique t-il à nos confrères de GG.
Après sa nomination au compte du ministère de l’éducation nationale, des rumeurs circulaient sur l’achat d’une villa a matoto kondeboungni, Mr. konaté révèle que « des rumeurs disaient qu’il a acheté une villa près de la radio espace fm à 2 milliards de francs Guinéen, mais, je me suis tue parce que je sais que j’étais dans une location. J’occupais un bâtiment administratif de deux chambres et salon. Quand on m’a nommé ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation, j’ai préféré rester dans mon domicile qui était modeste. Lors d’une tournée, on m’a dit que le département à estimé que j’ai droit à un logement » , relate t-il sur les ondes d’espace fm.
Poursuivant, « un montant de 500 millions GNF à été débloquée pour effectuer des travaux de rénovation dans la nouvelle maison que je devais occupé en ma qualité de ministre, je n’ai pas vu cet argent de mes yeux, il se pourrait que c’est une dette qui a été contractée pour faire des travaux de rénovation » , se défend k2.
« Je n’ai aucun papier qui dit combien de temps je dois faire dans ce bâtiment. Le délai est terminé. Il m’a dit que je dois payer le loyer, je lui ai dit que le bâtiment à été renové à coût de 500 millions gnf. C’est ainsi que j’ai rappelé le chef de cabinet du ministère pour comprendre, assure t-il. On a demandé à aboubacar cissé coordinateur du programme sectoriel de l’éducation d’exhiber les reçus de paiement pour que je ne sois pas humilié. Aujourd’hui, je suis loin du département, je n’y vais pas. J’ai les gens qui peinent à décrocher mes appels et moi je ne sais pas où aller me plaindre » , indique l’ancien ministre de l’actuel régime.
Tout en précisant que le contrat signé par son épouse avec le bailleur avait une durée d’un an. J’ai payé ce montant, l’argent qui est sorti en mon nom pour rénover ce bâtiment, qu’en à été faite, cherche t-il à le savoir
Réagir