conakry ville sans maîtres devant les ordures et aux fumées âcres et suffocantes.

Banniere CBG

Conakry capitale des eau usées, conakry une image de la ville sans autorités, conakry ville sans maîtres devant les ordures, conakry ville aux fumées âcres et suffocantes. Un mal être en somme qui est rentré dans les moeurs, dans les pratiques de tous les jours, le gouvernement s’en fiche et fait du tape à l’oeil defois, pour montrer aux peuple guinéens qu’ils ont un soucis pour en finir avec des ordures qui poussent les moustiques et des mouches à maltraités les paisibles citoyens qui dorment bien la nuit. Mais à cosa, c’est le contraire et les ordures commence à s’en prendre sur la route. Monsieur Bah du Bayabhisme à du mal même de s’exprimer devant les citoyens, et demande la permission pour pouvoir dire On djàràma.

Dans les pratiques de tous les jours, on s’en fout! Quitte à piquer toutes sortes de maladies : hydriques, respiratoire, pulmonaires. Aucun plan d’assainissement, aucune politique de salubrité urbaine. Conakry est la seule capitale à ne pas en disposer de tels outils.
En toutes saisons, la ville est sale, très très sale. Et l’on s’en fout, du simple citoyen à l’élu local on s’enfou.
La ville – garde – bizarrement le statut de gouverneur, un héritage colonial. Les maires de communes et le gouverneur initient ponctuellement des actions dérisoires et surtout pompeuses d’assainissement. La télévision nationale (RTG) est au systématique mise à contribution à cet effet pour alimenter la propagande. Une pantalonnade dont les effets se diluent dans l’immensité de la saleté le lendemain même.
Certains ministre comme don kass et autres ont parfois des idées très originales en week-end dernier, les déchets accumuler à cosa sur la route, dans des taxis en circulation, chassant ainsi tous les usagers. Face a l’incapacité de nos autorités à gérer ou même s’opposer à cette situation font de la mamaya et des va et vient. Quand même, de petites et moyennes entreprises (PME) privées tentent le coup de ramassage. Beaucoup ne font pas long feu. Elles se cassent les dents sur des difficultés financières et finissent par mettre de gant sou le paillasson. Ce qui fait que ce n’est pas demain la ville que conakry retrouvera son image d’antan. Vraiment la ville de Conakry est sale, très très sale !
Abd Akila pour oceanguinee.com
Réagir