Guinée/Aboubacar soumah aux enseignants : nous sommes plus que jamais engagés à sortir de la souffrance

Banniere CBG

Le principal meneur de la grève dans le système de l’éducation nationale, ne compte pas lâché le fer rouge qui tape la porte de l’éducation nationale. Malgré ce bras de fer qui s’oppose entre le gouvernement et le syndicat libre des enseignants et chercheurs de guinée ( Slecg ). Réunis en assemblée générale avec les femmes enseignantes ce jeudi 06 décembre, Aboubacar soumah a annoncé devant ces femmes engagées que la victoire n’est pas loin.

« Notre combat arrive bientôt à terme. Contrairement à c’est que racontent nos détracteurs qui affirment que les cours ont repris après le gel de nos salaires, il faut que vous sachiez que nous sommes à quelques microns de notre victoire. » à déclaré en substance le meneur de la grève dans le système éducatif Guinéen.
Aboubacar soumah, rappelle que l’union syndicale des travailleurs de guinée ( USTG) a adressé une correspondance au premier ministre pour la reprise des négociations.  » Le chef du gouvernement à répondu au secrétaire général de L’USTG. Mais, les préalables à l’ouverture des négociations, nous les avons réfuter, parce qu’il sont inacceptables. Il demande notamment la suspension de la grève,  » rapporte le camarade soumah aux femmes enseignantes qui s’opposent à un niet à cette décision catégorique à levée le mot d’ordre de grève.
Pour sa courte réponse, le premier secrétaire général du SLECG appel les enseignants grévistes à resserrer les rangs pour continuer la lutte. « Nous sommes engagés plus que jamais à sortir de la souffrance. Acceptons donc le gel de nos salaires. D’autres l’ont fait dans d’autres pays. Pourquoi pas nous ? » Demande t-il aux enseignantes.
Poursuivant, Aboubacar soumah ne tarde pas à accusé le premier ministre d’avoir mit la pression sur le ministre de l’éducation nationale en lui menaçant de le d’émettre de ses fonctions si, les cours ne reprennent pas.
Le ministre aussi sort des milliards et dit aux inspecteurs régionaux que s’ils ne prennent pas leurs responsabilités, ils seront demis de leurs fonctions, ajoute le camarade soumah.
Abd Akila pour oceanguinee.com
Réagir