Guinée/JUSTICE:dossier d’assassinat,la réquisition du ministère public fache les avocats.

Banniere CBG

C’est une affaire qui implique Ibrahima Ly alias mouzby,Kadiatou Bah alias gallé,Momo Camara alias kabagny,Mamdou Djouma Diallo dans un dossier d’assassinat,de vol à main armée,détention,vente, consommation du chanvre indien et association de malfaiteurs, . Des faits qui sont punis par les articles 373, 381, 784, 785, 208, 832 et 835 du code pénal guinéen.

A la barre ce mardi 11 décembre 2018,il a été question au tribunal de première instance de Dixinn (TPI) des plaidoiries et réquisitions des accusés selon la procédure.Pendant des heures,un débat contradictoirement a été mené entre le ministère public et les avocats de la défenses dans cette salle d’audience criminelle.

D’entré de jeux le parquet après observation et argumentation vis à vis des infractions commises ici à conakry mais aussi à l’intérieur du pays notamment à Mamou, Labé  et d’autres villes,demande au tribunal de retenir les accusés à savoir Momo Camara alias kabagny, Mamadou Djouma Diallo,Ibrahima Ly,dans le lien de la culpabilité pour une période de 15 ans et Kadiatou Bah pour 10 ans de prison ferme.

Une réquisition qui n’est pas du goût de la défense qui exige que le parquet présente le certificat medico-legal attestant le cas de mort mais aussi exiber devant le tribunal les armes( PMAK) qui ont servi pour commettre les 25 attaques dont parle le procureur pour argumenter

« Ce ministère public qui a requis 15 ans de prison ferme contre les trois autres et 10 ans de prison ferme contre Kadiatou Bah c’est fondée sur aucun élément de droit,aucun élément objectif.On est en matière criminelle on ne peut pas juger une personne sans les éléments de preuve qu’elqu’un qui à commis un crime à son identification et avec quoi il à commit le crime comment il à commit le crime?c’est ce qui amène la culpabilité de la personne.Il nous parle d’un informateurs fantôme qui n’a jamais été identifié et n’a jamais été entendu ni à l’enquête préliminaire ni par le juge d’instruction.En aucun moment on nous a présenté une arme,on parle des PMAK ces armes sont les dotations de qui?nous savons que c’est le forces de sécurité et des défenses un civile ne peut pas avoir un PMAK ni deux ou trois »

La défense a également regretté le non respect de la durée de la détention préventive infligée à ses clients car selon lui,cela ne doit point excéder 18 mois alors que Ibrahima Ly et ses coaccusés croupissent en prison depuis 6 ans maintenant.Ce qui l’amène d’ailleurs à demander au tribunal de renvoyer le ministère public à mieux se pourvoir et ordonne à ce qu’on déclare les mis en cause non coupables des faits dont ils sont poursuivis.

A noté que le verdict final sera entendu le 18 décembre prochain pour savoir si les accusés seront retenus coupables ou non coupables.

 

Salima Première Diallo 

Réagir