Guinée- Après la mort d’un enseignant, le représentant du SLECG demande aux enseignants de poursuivre la grève

Banniere CBG
Ce professeur de Chimie au lycée Doukouré pendant plusieurs années, était hospitalisé depuis plus de deux mois. Âgé d’une cinquantaine d’années, Mamadou Aliou Pandjé Baldé, n’a reçu sur son lit de malade ni le salaire du mois d’octobre, ni celui du mois de novembre. Chose qui frustre et alimente les débats  dans la ville-carrefour de la Moyenne Guinée.  Selon nos informations, les responsables éducatifs de Mamou n’avaient pas accepté cela. Il était considéré comme un enseignant gréviste. Pourtant quad il était malade, il à plaidé sans doute pour qu’on le paye pour qu’il puisse s’acheter des médicaments enfin de sauvé sa vie.
« Ce n’est même pas lui seul. Les autorités éducatives de Mamou n’accordent aucune considération aux enseignants. Ce vieux qui est tout près de la retraite a vu son salaire bloqué pendant qu’il était dans son lit de malade. Il a longtemps enseigné la Chimie au lycée Doukouré. Il avait sollicité à ce que l’on donne son salaire et qu’il achète ses produits. Ils ont refusé. Malgré tout ce qu’il a fait pour la population de Mamou. On bloque son salaire pendant deux mois. Il a rendu l’âme par manque de moyen. Ce que les autorités de l’éducation sont parvenus à dire, c’est d’informer la famille qu’ils vont tout faire pour payer son salaire du mois de novembre. Le defunt a laissé des enfants. La pension n’est pas suffisante. Qui va payer les frais de scolarité de ses enfants ? C’est déplorable. Je profite une fois encore de cette occasion pour dire aux enseignants, que si nous refusons de vivre comme des humains, nous allons vivre comme des cochons. Car ce gouvernement n’a aucun respect pour l’éducation, n’a aucun respect pour les formateurs de ce pays là. Pourtant tant vaut l’éducation d’un pays, tant vaut la nation»,
a fulminé Thierno Souleymane Sall, secrétaire général du syndicat des enseignants à Mamou. Le défunt a été inhumé hier lundi au cimetière de Sabou après la prière de 14 heures.
Abd Akila pour oceanguinee.com
Réagir