L’utilisation des couches chez l’enfant cause problèmes selon les médecins

Banniere CBG

Utilisation des couches (pampres) pour les bébés est devenue une monnaie courante chez les femmes. Si les couches réduisent les efforts des femmes dans les soins de tout petits, sa mauvaise utilisation n’est pas sans conséquence chez les enfants. C’est ce jeudi que notre reporter a un constat

Il y a encore quelques années les femmes utilisaient les petites serviettes pour conserver les urines et les sels des enfants. De nos jours la tendance est beaucoup plus du côté de couches. Même si le prix semble insupportable pour certaines nourrissent son utilité serait de loin préférable aux serviettes. << je n’ai pas le moyens en ce moment. Comme j’ai des couches à la maison j’utilise jusqu’à ce que ça fini. Donc je vais à madina pour prendre en gros 60 milles >> s’indigne cette la nourrisse Delphine Koïvogui.
Cette nourrisse préfère les couches à la place des serviettes.<<Je préfère les pemperses. Par ce que les couches, il faut les lever, et les suspendre sur les cordes et les mouches vont viennent se déposer sur ça. De fois ça peut nous tombés par terre, ça ramasses des microbes>> a rappelé Sidibé Aissata
Face à la négligence ou à l’occupation de certains parents, le non respect de la durée  de l’utilisation des couches exposent  des enfants à des risques d’infection. Mariame Diallo est sage femme dans un hôpital de la place<<ici le temps  que la pemperses est placé quand on est respect pas ce temps là il y aura  de problèmes chez l’enfant>>> a-t-elle précisée.
L’hygiène corporelle est de rigueur dans le soins des enfants. Ainsi l’utilisation de pemperses resquilleur un certains une certaine exigence chez les femmes. <<si c’est bien il y a moins de problèmes. L’éducation n’est pas trop élevée. Tu peut porter à l’enfant au moins  12h et respecté l’hygiène>> souhaite Mariame Diallo
A rappeler qu’autre utilité de la pratique c’est l’abandon de ces couches dans les rues et les caniveaux causent de dégâts à la nature. Les déchets exposés à leur libre œuvres à la pollution de l’atmosphère
                               Amadou Tidiane Diallo
Réagir