Mairie de Matoto : Qui de Mamadouba Toos CAMARA et de Kalémodou YANSANE sera-t-il le véritable élu ?

Banniere CBG

Quelques temps après son élection ce jeudi à la tête de la Commune Urbaine de Matoto, la plus grande de la capitale guinéenne, MamadoubaToss Camara a décliné ses objectifs.

Alors que ses collègues de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée ne reconnaissent pas son élection, l’élu du RPG arc-en-ciel déplore l’initiative de la tentative du boycotte de la reprise du vote : «Il fallait être là pour un esprit démocratique. Je leur demande de venir, seule l’union peut faire la force. Au-delà des adversités, la commune est d’abord la plus importante. La population de Matoto s’attend à beaucoup d’innovations».

S’agissant de ses priorités face aux défis qui l’attendent, Mamadouba TossCamara dira que : « la première priorité, c’est la quiétude sociale. Faire en sorte que la population ait confiance en leurs nouvelles autorités. La deuxième, c’est l’insalubrité qui est un mal qui gangrène. Il va falloir qu’on mette des stratégies appropriées avec des projets bancables pour que cela soit un souvenir lointain. Matoto n’a pas d’hôpitaux, n’a pas un lieu de divertissement… En tant que jeunes, on va penser à tout ça».

Mais on pouvait s’y attende, saisir la justice pour faire annuler l’élection de Mamadouba Toss Camara à la tête de mairie de Matoto, c’est qu’envisageKalémodou Yansané, candidat de l’UFDG qui se réclame toujours maire de la dite commune urbaine malgré son élection « contestée » du 15 décembre dernier.

Avec le boycott de la reprise de l’élection relative à la victoire du parti au pouvoir, ce jeudi, 07 février 2019, Kalémodou Yansané se voit contraint d’exhiber comme une violation de procédure  un vice de forme.

« Nous n’avons pas été au vote d’aujourd’hui parce nous avons demandé au ministre de nous dire quel est l’objet de la réunion d’aujourd’hui, il a répliqué pour dire que l’objet de la réunion d’aujourd’hui c’est l’élection du maire. Nous, nous avons dit que le maire de Matoto a été déjà élu devant la presse (…) Deuxième chose, la loi prévoit que le vote soit convoqué par arrêté du ministre, mais c’est le secrétaire général qui a pris note pour convoquer les conseillers. Nous ne pouvons pas les suivre dans ça », a-t-indiqué.

Dans ses explications, le candidat de l’UFDG précise que : « Nos lois ne sont pas faites pour s’amuser avec, ce n’est pas un mouchoir avec lequel on s’essuie. Et vous avez constaté que toute la presse qui a témoigné, le 15 décembre 2018 que j’ai été élu, n’a pas été autorisée à être dans la salle. À partir de là, ce n’est plus transparent. Qu’est-ce qu’on cache ? Et qu’est-ce qui s’est passé ? Les 14 élus de l’UFDG ne sont pas venus, celui du PEDN n’était pas là, celui du RPR est à Kamsar, il y a un qui est décédé, le deuxième du PUP n’est pas venu. Il y a d’autres partis qui n’étaient pas conviés, je ne citerai pas leurs noms ici, et il y a même des élus du RPG Arc-en-ciel qui n’étaient pas conviés ». Dans la salle a-t-il poursuivi, « il n’y avait plus de 15 personnes physiquement présentes. Est-ce que c’est ce que nous voulons pour la Guinée ? ».

« Donc pour moi, cette élection ne compte pas. Je ne sais pas pour vous si sa compte, vous ne pourrez pas témoigner, c’est une élection publique et on empêche la presse de rentrer dans la salle. On ira au tribunal de Mafanco, et si on n’a pas gain de cause, on va saisir la Cour suprême pour illégalité de droit », a renchéri  Kalémodou Yansané.

A noter qu’un bicéphalisme de la Mairie de Matoto semble être inévitable à l’image de la Commune Urbaine de Kindia.  

 

Thierno Amadou Oury BALDE

Réagir