Dorah Aboubacar Koïta dément Aboubacar Soumah:  »les points du protocole d’accord sont en phase d’application avancée »

Banniere CBG

La non-application des points inscrits dans le protocole d’accord signé le 10 janvier dernier entre SLECG et gouvernement pousse le syndicat des enseignants à brandir une nouvelle menace de grève. Selon Dorah Aboubacar Koïta, Aboubacar Soumah et sa troupe doivent revoir leur démarche : « selon les informations que nous disposons, les points qui sont inscrits dans cet accord là, sont en phase d’application avancée. Aujourd’hui, pour moi, je pense que le peuple de Guinée a à un moment donné besoin d’un peu de respect, de considération. C’est vrai chacun à un droit dans une république mais il y a aussi des limites dans une république », indique le président de la jeunesse CEDEAO-Guinée.

Le seul point aujourd’hui qui pose problème, poursuit-il : «  c’est le cas des enseignants qui ont été mutés pour faits de grève, il y a également la situation du toilettage du fichier des enseignants fonctionnaires et autres, mais  une fois encore nous nous pensons que ce travail doit obéit à un certain nombre de procédure. De l’autre côté, que l’on puisse laisser les gens respirer un peu. Au peuple de Guinée qu’on puisse l’accorder un peu de respect, c’est ce peuple qui souffre chaque fois quand on parle de grève parce que trop de grèves tuent les grèves », lance ce membre de la Cojelpeid.

Réagir