Guinée: l’AGEPI pilote une session de formation des journalistes et patrons de presse!

Banniere CBG

L’AGEPI, Association Guinéenne des Editeurs de la Presse Indépendante, a lancé ce mardi, à la maison commune des journalistes une session de formation à l’égard des hommes de médias sur la prévention et le suivi des menaces.

Financée par les ONG OSIWA et Search For Common Ground, cette session de formation de deux jours qui prendra fin le mercredi 27 mars,permettra aux journalistes de renforcer leur capacité  autour des instruments juridiques qui régissent la liberté de presse et la sécurité digitale.

Le président de l’AGEPI, Moussa Iboun Conté, a toutefois rappelé la nécessité de la responsabilité de la corporation et de la sécurité des journalistes.

« Les journalistes et des entreprises de presse privée, paient toujours un lourd tribut dans leur quête quotidienne de promotion et de défense de la bonne gouvernance de la démocratie participative, de la représentativité et de la recevabilité…dans un contexte d’insouciance généralisée quant à leur protection contre les risques d’enlèvement, de séquestration d’homicide volontaire et involontaire, de détention illégale, de pillage des locaux et de destruction du matériel de travail. Ainsi de nombreux journalistes et entreprises de presse, sont les cibles des menaces quotidiennes sans qu’aucune enquête n’aille à son terme, sans qu’aucune réparation ne soit faite, sans qu’aucune mesure préventive ne soit envisagée, pour endiguer ce déferlement de menaces, toutes orientées sur des journalistes et entreprises de presse», a révélé Moussa Iboun Conté.

Conscient des atteintes auxquelles sont victimes les journalistes, il indique : « des actes qui doivent cesser et qui ne doivent se reproduire ». Car, ajoute-t-il : « C’est un combat qui commence à la maison de la presse mais il doit se poursuivre au-delà de la maison de la presse ».

« C’est un projet qui comprend trois éléments : le premier, c’est la formation, être outillé sur les textes qui régissent la pratique du métier à travers un cabinet d’avocat dirigé par Me SérébaMory Kanté, ensuite la sécurité digitale et enfin un rapport périodique sur la situation des journalistes en Guinée. On a besoin de créer une synergie pour faire un état des lieux et présenter la situation sur la Guinée », a martelé le représentant d’OSIWA-Guinée.

 

Thierno Amadou Oury BALDE

Réagir