Mamadou Conté, un des opposants au 3ème mandat à Coyah: « en prison on a été frappé et torturé»

Banniere CBG

L’UFR se dit déterminée à barrer la route à Alpha Condé en 2020. Elle l’a fait savoir ce samedi 06 avril au cours de son assemblée générale ordinaire à Matam. La rencontre a largement tourné autour de cette question de révision de la Constitution. L’autre fait marquant de cette assemblée générale, c’est bien la présentation des trois jeunes opposants contre le troisième mandat arrêtés dimanche dernier à Coyah.

Sur la question d’une éventuelle révision de la Constitution continue d’être le sujet au centre des débats, l’union des forces républicaines se veut être claire. Pour le responsable de la communication de l’UFR : « 2020 est un tournant décisif pour les guinéen. Il faut qu’on se lève comme un seul homme pour dire Non à ce tripatouillage de la Constitution. Amoulanfé, Amoulanfé, Amoulanfé », a lancé Ahmed Tidiane Sylla.

Justement,  ‘’Amoulanfé’’ en Soussou qui veut dire, ‘’c’est irréalisable’’, était l’expression sur toutes les lèvres dans la permanence du parti. Ensuite, suivra la présentation des trois jeunes opposants arrêtés dimanche dernier à Coyah. Ces jeunes interpellés puis emprisonnés protestaient contre un troisième mandat pour Alpha Condé. Mamadou Conté qui est l’un d’eux n’a pas manqué de révéler ceci : « en prison on a été torturé, frappé par les bandits qui étaient la-bas. Ensuite en prison encore, certains leaders de partis politique cherchaient à parler avec nous dans le but de se rallier à eux mais nous nous sommes dit de choisir l’UFR de Sidya Touré », a-t-il expliqué.

Réagir