Aboubacar Soumah reste ferme : << la lettre d'un ministre de l'enseignement supérieur n'est pas conforme >> interview

Banniere CBG
Malgré la signature dudit papier par le ministre Yéro Baldé, pour l’extension du processus de recensement des enseignants des universités, l’élément farouche du SLECG, Aboubacar Soumah ne décolère point sa position.

Bordé par la lettre d’acceptation du patron de l’enseignement supérieur, le secrétaire général du SLECG qui sans doute n’est pas du tout facile à manger vide le morceau, n’a pas donné le vent pour cette signature.

<< La lettre du ministre de l’enseignement supérieur n’est pas conforme, elle ne dispose d’aucune en-tête de son département. C’est sur un papier ordinaire qu’il a écrit, avec débarras. Et rien ne nous prouve que c’est une correspondance d’un ministre. Pire, sur le point concernant le rétablissement de nos camarades mutés, à leurs postes initiaux, il dit que ce n’est qu’à l’ouverture prochaine qu’il va les réaffecter. Il tient ces propos, sans se conformer au protocole d’accord >>, fustige t-il au coup d’un appel téléphonique avec notre reporter.

Sur une colère remarquable, Aboubacar Soumah ne donne aucune relation pour dit-il << la correspondance du ministre est de nul et de nul effet. Notre grève générale et illimitée reste maintenue >>.
Qu’allons nous cette fois-ci retenir de cette nouvelle grève dans l’éducation guinéene? A l’approche des examens nationaux, quel sera le sort des élèves guinéens?
Abd Akila pour océanguinee.com
Réagir