Zone de libre-échange continentale : le ministre guinéen du commerce mise sur la valorisation des produits d’exportation

Banniere CBG

La Guinée est-elle prête pour la ZLECAF (Zone de libre-échange continentale) qui entre en vigueur le 30 mai, après les dernières ratifications de la Sierra Leone, de la République arabe sahraouie démocratique ?

A travers le ministre guinéen du commerce, le gouvernement guinéen défend sa position. Selon lui, la Guinée n’est pas prête de s’insérer dans une zone aussi vaste que la zone de libre-échange continentale.

A en croire le chef du département du commerce, il sera bien aisé de valoriser les produits d’exportation au maximum pour être présent sur le marché africainque d’appartenir à cette nouvelle forme d’intégration : « Si nous ne répondons pas à certains nombres de critères liés à la qualité, à la quantité, liés au respect des normes édictées pour être sur le marché international, il va s’en dire qu’on va avoir beaucoup de difficultés. Nous risquons d’être une société de consommation que d’être une société qui participe effectivement à l’essor économique du continent. Parce que la zone de libre-échange continental veut dire que chacun pourra mettre ses produits sur le territoire de chacun d’entre nous de façon tout à fait libre ».

« Nous avons beaucoup de produits que nous pouvons valoriser en apportant les transformations qu’il faut afin de pouvoir les mettre sur le marché africain », a rassuré dans la presse, le ministre Boubacar Barry.

Ajoutant : « il faut saluer la dynamique présidentielle qui consiste à valoriser et à aider au développement des cultures d’exportations pour que la Guinée puisse effectivement être présente et en termes de volume par rapport aux matières premières et en termes de produit finis transformés localement, parce que c’est ce qui aussi va créer de la richesse intérieure et de l’emploi pour les jeunes ».

Thierno Amadou Oury BALDE

Réagir