Guinée: Le ministre Bantama Sow serait-il l’un des déclencheurs de la fin du règne du RPG ?

Banniere CBG

« Nous détenons le pouvoir, si on veut on impose le 3ème mandat et rien ne va suivre »

Ces propos sont ceux du ministre des sports, de la culture et du patrimoine historique, Sanoussy Bantama Sow. Ils ont été tenus à l’occasion d’une visite de terrain qu’il a effectué à Tambassa dans la région de Mamou.

Venu dans le cadre d’une mission, le ministre Bantama Sow trouve une mobilisation de quelques citoyens   acquise à la cause du Front National pour la Défense de la Constitution. De là, les altercations commencent entre les forces de l’ordre et les opposants au troisième mandat  qui accusent Bantama Sow  de manifester son soutien au chef de l’Etat dans la dynamique d’un referendum constitutionnel en Guinée.

Dans ses explications, Mamadou Aliou Madina Diallo, coordinateur régional du FNDC, pointe du doigt les autorités.

« Nous sommes sur les lieux en qualité de citoyens de Mamou. Nous étions tous vêtus de nos t-shirts où c’était écrit touches pas à ma Constitution. Ce sont les forces de l’ordre qui nous ont intimé d’enlever les t-shirts car elles ne souhaitent pas que le ministre Bantama voit ceux-ci. Après échanges, nous avons accepté de nous déshabiller. Après quelques minutes, les agents sont revenus de nouveau pour nous demander de quitter les lieux. C’est ce que nous avons refusé. Et la pagaille s’en est suivie », explique-t-il.

Alors qu’il tente de jouer à la médiation pour calmer les ardeurs, Amadou Tidiane Diallo, maire de la commune urbaine, dédouane le ministre et l’encourage pour ses actions en faveur de la ville de Mamou: « nous savons très bien les efforts consentis par le ministre Bantama digne fils de Mamou. Nous lui demandons de ne rien écouter et de continuer son travail pour le rayonnement de Mamou ».

Contre toute attente, le chef du département des sports et de la culture intransigeant. C’est pourquoi dit-il dans un discours en poullar : « nous allons avoir le courage de reconnaître que l’opposition est indispensable dans un pays ». Puis ajoute-t-il, « c’est une honte dans une commune comme Mamou que nous ayons des individus qui sont contre le développement de Mamou. Avec la construction de cette école, les populations riveraines bénéficient de l’eau potable grâce au forage de cette école. Je ne suis pas venu pour une campagne et le jour je viendrai pour une campagne personne ne va m’empêcher ».

« Qui connait d’ici 2020 qui resteront en vie ? Nous détenons le pouvoir, si on veut on impose le 3ème mandat et rien ne va suivre parce que ce qu’ils veulent entendre », s’est il interrogé.

A suivre !

Réagir