Amadou Damaro Camara :《c’est au peuple de dire Oui, pas un groupe d’hommes》

Banniere CBG

Amadou Damaro Camara membre et député de la mouvance présidentielle est accusé d’être à l’origine des violences survenues à N’zérékoré lors d’une manifestation qui a connue beaucoup de blessé et un cas de mort. Damaro comme c’est de lui il s’agit, vient de répondre aussi a ses détracteurs.

Pour ses accusations portées contre sa personne, le président du groupe parlementaire à d’abord prévenu que ceux qui veulent avoir sa peau ne l’auront pas. Pour lui, les gens font très vite l’amalgame, ils veulent la tête de Damaro dit-il dans notre micro avant de dire qu’ils ne l’auront jamais.
<< Moi a mon avis, il faut laisser les « POUR » s’exprimer, les « CONTRE » s’exprimer. Ensuite le peuple arbitre suprême et souverain sur une constitution va se prononcer en fin de compte. C’est ça mon option. Maintenant, s’il y a un groupe qui interdit qu’on consulte le peuple, ça ce ne sont pas des démocrates. Quand ce ne sont pas des démocrates qui veulent troubler l’ordre public, au nom de la démocratie, eux ils doivent être traqués. Il n’y a pas une expression plus prononcée que le processus référendaire sur une situation donnée. Jean Jacques Rousseau disait que le peuple a le droit de changer ses Lois même si elles sont les meilleures. Aujourd’hui, celui qui bénéficie des suffrages de ce peuple, c’est le Pr Alpha Condé qui a le droit de lui proposer le changement de constitution. C’est au peuple de dire Oui ou Non, mais pas un groupe d’hommes », prévient-il.
Abd Akila pourocéanguinee.com
Réagir