Guinée/Examen d’entrée en 7è année : 19.938 candidats présentés à Ratoma et 22.618 à Matoto

Banniere CBG

Les examens de fin d’études élémentaires, session 2019, ont débuté ce jeudi 04 juillet sur toute l’étendue du territoire national.Dans la commune de Ratoma, 19.938 candidats dont 10.113 filles des établissements d’enseignement général contre 952 candidats dont 387 filles pour le franco-arabe, affrontent les épreuves sous la supervision de 1330 enseignants répartis dans 61 centres.

A l’école primaire de Kipé 2, dans la commune de Ratoma, c’est le ministre de l’unité nationale et de la citoyenneté, Mamadou Tarran Diallo qui a procédé au lancement des  premières épreuves de rédaction et de géographie.En leur invitant de prendre courage, le ministre Mamadou Tarran Diallo prodigue des conseils aux candidats ainsi que les surveillants : « N’ayez pas peur, restez tranquilles, concentrez-vous pour répondre aux questions et surtout faire en sorte que les leçons que vous avez apprises, que vous puissiez les restituer en fonction des questions qui vous sont posées. Je vous souhaite une excellente chance et que le premier ou la première sorte de votre centre. A tous les encadreurs et les surveillants, restez indépendants, neutres et favorisez un climat de compétition ».

A Matoto, ils sont  22.618 candidats répartis dans 708 salles sous la surveillance  de 1416 enseignants.

Dans cette commune urbaine, c’est le chef de cabinet du ministère de l’environnement, des eaux et forêts qui a lancé les épreuves  à l’école primaire de Gbessia Centre.

« C’est un honneur pour moi de représenter le Ministre de l’environnement, des eaux et forêts, monsieur Oyé Guilavogui, en tant que chef de Cabinet pour le lancement des épreuves de l’examen d’entrée en 7ème Année. L’examen met en œuvre trois catégories de candidats à savoir: les élèves, les parents d’élèves mais aussi l’encadrement. Donc mettez-vous à l’aise. La première arme contre un examen c’est de chasser la peur en vous. Vous devez être enthousiastes. C’est une étape importante pour vous, prenez du courage, évitez d’être fraudés au point de vous faire éliminer de la salle d’examen », a conseillé Hawa Moussa Keïta,  chef de cabinet du ministère de l’environnement.

Thierno Amadou Oury BALDE

Réagir