Réunion entre opposants : favorable aux consultations, Bah Oury rejette le chronogramme des législatives !

Banniere CBG

Présent à la réunion de l’opposition plurielle guinéenne le lundi 16 septembre, au quartier général de l’UFR, l’animateur du « mouvement renouveau »  se dit favorable aux consultations en cours qui vise le changement de la constitution. Au sortir de cette rencontre, la crispation des visages était visible, des lectures différentes ont été faites par apport à cette consultation entamée par le locataire du palais de la colombe, Kassory Fofana.

Même si Bah Oury est favorable aux consultations, il rejette quand même la date fixée par la CENI qui tient à organiser les élections législatives au mois de décembre.  

Devant les médias, Bah Oury reste insaisissable et répond au « Oui » pour la consultation du premier ministre s’il figurerait sur la liste. 

« Ma position est claire et nette. Je répondrai à l’invitation pour exprimer de vive voix et de manière formelle notre proposition à toute modification ou changement constitutionnel qui serait dans une certaine mesure une répétition des fautes qui ont été commises en 2001 avec le Koudeisme. Il faut que la Guinée aille de l’avant. Il faut que la Guinée assure sa stabilité et une bonne lecture de la constitution. Et que 0cela puisse nous permettre d’aller vers une alternance démocratique en 2020 », a déclaré Bah Oury.

L’ancien vice-président déchu de l’UFDG de CellouDalein Diallo, estime que les élections législatives ne pourront pas se tenir à la date du 28 septembre 2019.

« Moi je pense que de manière objective, je ne pense pas que les conditions soient réunies pour qu’on puisse avoir des élections législatives, le lendemain de Noël ou entre Noël et le nouvel an, dans le contexte actuel. Il faut que les élections soient bien préparées pour que les Guinéens puissent élire de nouveaux représentants dans une assemblée nationale que nous souhaitons rénover démocratiquement. Objectivement, je pense que ce n’est pas réaliste de vouloir le faire au mois de décembre », dira, comme pour trancher, le fondateur du mouvement le Renouveau.

Akila Soumah 

 

Réagir