Guinée : quand Dansa Kourouma prend le côté de la CENI !

Banniere CBG

Dansa Kourouma et d’autres responsables du Conseil National des Organisations de la Société Civile Guinéenne (CNOSCG),  ont été reçus  ce mercredi, 18 septembre  par le locataire du palais de la colombe dans le cadre des consultations entamées depuis quelques jours. 

Au sortir de la salle,  le président du conseil national des organisations de la société civile guinéenne a fait le compte-rendu devant les médias venus pour relayer des informations. 

«La CENI est la seule institution compétente pour donner une indication de date des élections, aucune autre entité ne peut se substituer à cela. C’est la constitution qui définit cette prérogative. Mais elle doit s’assurer que toutes les conditions matérielles,  techniques et financières sont réunies pour organiser des élections libres, transparentes et inclusives. Elle est la seule institution qui peut se prononcer sur ses capacités techniques pour la tenue de la date.  Ce n’est pas un parti politique ou une société civile qui peut parler à la place de la CENI», a expliqué Dansa Kourouma. 

On n’est pas excité mentionne le président du CNOSCG, par des questions de date pour l’organisation des élections législatives.

Par ailleurs, il souhaite, que les élections se tiennent cette année : «nous l’avons demandé depuis le 16 avril et on le réitère. Parce qu’il faut que l’Assemblée Nationale soit légitime pour discuter de certaines questions de la nation». 

S’agissant de l’opportunité pour la nouvelle constitution, Dansa Kourouma déclare ceci : «  nous avons déroulé au Premier ministre nos préoccupations au nombre de six. Premièrement, en quoi est-ce que ces consultations sont représentatives de l’opinion du peuple de Guinée. Deuxième, qu’est-ce qu’on reproche à l’ancienne constitution et qui porte préjudice au fonctionnement normal des institutions de l’État. Troisième, quelles sont les bases juridiques pour parler de la nouvelle constitution. Quatre, l’impact du changement constitutionnel sur les conditions à la fois politique, sociale et économique de la Guinée. Et en dernier ressort, quelle est la procédure d’élaboration d’une nouvelle constitution quand l’ancienne est en vigueur ?  C’est la réponse aux préoccupations des membres du CNOSCG qui nous permettra de prendre une décision sereine et on ne peut pas se prononcer sur une constitution qu’on n’a pas vue ».

Akila Soumah

Réagir