Tenue de procès du 28 septembre 2009 : les communautés internationales mettent de la pression sur le gouvernement Condé

Banniere CBG

La communauté internationale vient d’interpeller les dirigeants guinéens sur l’urgence d’ouvrir le procès des auteurs présumés du bain de sang que la Guinée a connue le 28 septembre 2009 dont le dixième anniversaire sera commémoré ce samedi 28 décembre 2019. 

Réitérant leur engagement à coopérer étroitement avec les autorités et la justice guinéennes, les Ambassades des Etats-Unis, de France et la Délégation de l’Union Européenne ont dans une déclaration publiée ce vendredi 27 septembre 2019, souligné l’importance de la tenue d’un procès sans tarder dessus. 

‹‹ A l’occasion du dixième anniversaire de ce jour tragique, les Ambassades des Etats-Unis, de France et la Délégation de l’Union Européenne expriment leurs condoléances les plus sincères aux victimes du massacre du stade du 28 septembre 2009 ainsi qu’à leurs familles. Nous soulignons l’importance de la tenue d’un procès sans plus tarder, afin que les auteurs présumés de ces crimes puissent répondre dans les plus brefs délais de leurs actes devant la justice. Nous réitérons notre engagement à coopérer étroitement avec les autorités et la justice guinéennes en vue de garantir l’organisation d’un procès transparent et équitable », a précisé le communiqué. 

Dans son discours-programme, le ministre de la justice guinéenne garde des sceaux a relevé qu’il y’a encore des obstacles à lever avant la tenue du procès de 28 septembre 2009.  ‹‹Un tel procès national à incidence internationale doit être préparé surtout au sens psychotechnique. Dès lors que tout cela sera mis en place, je garantis que le gouvernement ne fera aucun obstacle pour la tenue de ce procès ››, a promis le ministre par intérim Mohamed Lamine Fofana. 

Akila Soumah 

Réagir