Condamnation des leaders du FNDC à Conakry : la défense fustige la décision et décide de relever appel

Banniere CBG

La condamnation des leaders du Front National pour la Défense de la Constitution allant de Six mois à un an d’emprisonnement irrite   les avocats de la défense.

Après le prononcé du jugement condamnant Abdourahmane Sanoh à un an d’emprisonnement ferme  et Sékou Koundouno, Ibrahima Diallo, Alpha Soumah(Bill de Sam), Baïlo Barry à six (6) mois de prison, le collectif des avocats ont rendu public une déclaration dans laquelle il fustige ce qu’il qualifie de justice sous des ordres et annonce relever appel contre la décision du tribunal de Premiere instance de Dixin.

Lisez plutôt la déclaration du collectif des avocats des leader du FNDC.

« Au nom du collectif des avocats de la défense ayant à sa tête Maître Mohamed Traoré, ex bâtonnier de l’ordre des avocats de Guinée, je voudrais dire que nous sommes déçus, mais pas surpris par cette décision. Nous ne nous faisions aucune illusion sur l’issue de ce procès. Notre mission est de plaider, nous avons plaidé. Celui dont la mission est de juger, a jugé. 

La bataille judiciaire sera longue et ardue, mais nous ne baisserons pas les bras. Nous savons que l’une des stratégies imaginées pour mener jusqu’a son terme le projet de changement de constitution est de mettre à contribution la justice à travers des décisions que rien ne peut justifier en droit. Nous en sommes conscients. Nous ne parlons pas de façon générale d’une justice dépendante ou aux ordres. Dire que la justice n’est pas indépendante, serait de faire du tort à ceux des magistrats qui font honorablement leur travail et accomplissent en toute indépendance leur mission. Dieu seul sait qu’il y en a.

Les audiences qui se sont déroulées ces derniers jours devant les juridictions de l’intérieur du pays nous l’ont prouvé. Très malheureusement, d’autres ne semblent pas encore avoir compris toute la mesure et toute l’importance de leur mission. Mais, qu’il soit clair pour tout le monde, que ni l’emploi de la violence, ou de la menace, ni les décisions judiciaires iniques, n’empêcheront les guinéens d’exprimer leur opinion et d’exercer leurs droits et libertés qui leur sont reconnus par la constitution, cette constitution que le FNDC s’est engagé à défendre vaille que vaille et pour laquelle il est prêt à tous les sacrifices ».

Rapporté par Thierno Amadou Oury BALDE

Réagir