Conakry: Hadja Maïmouna Bah furieuse contre le pouvoir de Conakry : « Trop c’est trop, il faut qu’il comprenne »

Banniere CBG

Les cris de cœurs des femmes de l’opposition réunies au sein du Front National pour la Défense de la Constitution tomberont-ils dans de bonnes oreilles ?

En tout, elles se  sont fait entendre ce mercredi 23 octobre en marge de la marche blanche qu’elles ont initiée pour protester contre la répression des manifestants en Guinée, le maintien des membres du FNDC en prison et la tentative de tripatouillage constitutionnel en Guinée.

« On a été trahi. Le gouvernement ne nous a pas pris au sérieux. Pour cela, on va utilisez les moins légaux que nous avons, c’est-à-dire les manifestations et les sensibilisations. Nous allons tout reprendre dans l’espoir que nous serons attendues », a déclaré Hadja Maimouna Bah, membre du Bureau politique Nationale de l’UFDG.

Selon cette femme leaders du FNDC,  la protestation se poursuivra pour contraindre le pouvoir à satisfaire leurs exigences : « nous allons aussi interpeller la communauté et nos partenaires pour qu’ils nous viennent en aide afin que ces massacres cessent. Parce que ce sont des guinéens qu’ils sont entrain de tuer et c’est l’avenir du pays qui est péril ».

« On ne peut pas rester à la maison et voir nos enfants assassinés, parce que c’est nous qui donnons la vie. Vous  étiez témoins qu’on n’a tué aucun enfant dans la rue, ils ont tous été tués dans leur concession, dans leurs quartiers Pourquoi autant de tuerie ? Pourtant rien ne justifie ça, ni la politique ni autre raison. A lors, il faut qu’ils comprennent (Alpha Condé et son entourage, ndlr), trop c’est trop », s’est indigné.

On va continuer à marcher et manifester poursuit Hadja Maimouna Bah, jusqu’à ce que nos réclamations aboutissent.

« Cette fois ci, on ne va plus se contenter des promesses de qui que ce soit. Parce qu’on a été trahi et trompé partout. Que la lutte continue même si l’on meurt l’arme à la main », a-t- renchéri.

De son côté, honorable Bah Mariama Tata accable l’actuel ministre de la défense Nationale pour manque de neutralité.

 « C’est déplorable que nous voyons aujourd’hui  Monsieur Mohamed Diané (ndlr, ministre de la Défense nationale et chargé des affaires présidentielles) en casquette et foulard jaune entrain de faire la campagne pour un 3ème mandat pour le Pr Alpha Condé t pour une nouvelle constitution dans ce pays. Il n’en est pas question », a rassuré honorable Bah Mariama Tata.

Thierno Amadou Oury BALDE

Réagir