Guinée/Assainissement du fichier du personnel enseignant : le SLECG d’Aboubacar Soumah attend un résultat probant

Banniere CBG

« On peut toujours émettre des hypothèses parce qu’en réalité, seule lui (ndlr, Aboubacar Soumah du SLECG) est capable de répondre à cette question. Première hypothèse, il connait que les résultats que nous avons sortis indiquent la hiérarchie de toutes les personnes qui sont à l’intérieur de ceux qu’on n’a pas retrouvé et ça permet de calculer la masse salariale qui va être récupérée. Peut-être cette masse salariale qui pourra être récupérer ne peut pas conduire à 800000 première possibilité. La deuxième il a un agenda que je ne maîtrise pas, un agenda qui lui est propre ».

Ces propos sont ceux de Dr Alpha Amadou Bano Barry, tenus ce mardi 26 Novembre sur les ondes d’Espace FM dans l’emission « les grandes gueules ». 

Pour réagir, Aboubacar Soumah dit qu’il n’attend que la sortie du rapport final de la commission d’assainissement du fichier du personnel enseignant.

Si dans sa sortie médiatique, Dr Bano, président de la commission d’assainissement du fichier du personnel enseignant considère que le retrait du SLECG du processus de recensement pourrait s’expliquer par un agenda caché, le secrétaire général du SLECG s’inscrit en faux. Aboubacar Soumah affirme avoir un seul agenda, celui de l’amélioration substantielle du salaire des enseignants. Chez nos confrères de mosaiqueguinee.com, il justifie le retrait de son organisation syndicale du processus d’assainissement par le sabotage du gouvernement.

« Si Pr Bano connaît un agenda que je cache, il n’a qu’à le dévoiler. Moi tout ce que je demande, c’est l’amélioration des conditions salariales des enseignants, c’est tout mon souci,  je n’ai pas d’autre agenda caché sinon que cela. Et là-dessus, je reste droit dans mes bottes. Je mène un combat syndical et je suis dans une logique. Nous avons signé un protocole d’accord qui est en exécution. Mais nous avons constaté que les opérations d’assainissement qui ont été programmé par le gouvernement n’ont pas été bien fait », a-t-il laissé entendre.

Thierno Amadou Oury BALDE

Réagir