Cellou Baldé sur le report des élections : ‹‹ l’État guinéen est devenu un état irrespectueu

Banniere CBG
Dans un décret rendu sur la place publique, le président Alpha Condé a reporté les élections législatives initialement prévues pour le 16 Février au 1er mars 2020.
Des après cette annonce qui ne surprend guère ses opposants, le député Cellou Baldé de Labé n’est pas surpris de cet énième report fait par Alpha Condé. Par ailleurs, cette action est faveur du RPG et non du peuple de Guinée. ‹‹ De toute façon, l’opposition politique et le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) ne sont pas surpris de ce report. Depuis qu’on a commencé à parler d’élection, nous savons pertinemment que cette commission électorale nationale indépendante (CENI) inféodée ne peut pas organiser ces élections. L’État guinéen est devenu un État irrespectueux des lois de la République. Sinon comment comprendre qu’après tous ces cas de morts, tous ces assassinats, toutes ces exactions policières sur les citoyens par rapport à la violation de la loi, que le président Alpha Condé ne prenne pas un décret pour annuler cette mascarade électorale, ce qui est d’ailleurs sollicité de vive voix par l’opposition politique,  le FNDC,  les partenaires de la Guinée et même les leaders religieux », s’est-il interrogé.
« Et pour cela, il faut finaliser les élections communales, installer les conseils de quartiers et districts, avoir  un fichier réellement biométrique, consensuel et qui reflète le vrai corps électoral guinéen, remplacer Me Salifou Kébé qui est partial à la tête de la CENI et renoncer à son projet suicidaire de troisième mandat », a déclaré le député chez nos confrères de guinee114.com
« L’Union  des Forces Démocratiques de Guinée et les partis membres du FNDC ne participeront pas à ce simulacre d’élection et nous allons user de tous les moyens légaux pour empêcher la tenue des élections au 1er mars 2020 », a conclu ce député, avant de dire qu’Alpha Condé doit comprendre que la priorité pour les guinéens n’est pas d’avoir un parlement, mais plutôt une alternance démocratique paisible.
 Akila Soumah pour Oceanguinee.com
Réagir