Guinée: le patron de la DPJ réplique et apporte des précisions chez nos confrères de Guineenews

Banniere CBG
Un article de Guineenews.org

Suite à ces accusations, Guinéenews a joint le mis en cause qui a systématiquement battu en brèche lesdites accusations. Avant de tenter d’expliquer le modus operandi de ses hommes lors de leurs interventions.   Lisez plutôt :

« Nous avons trois unités à la police notamment BRB 1, BRB 2 et BRI. L’unité qui est spécialisée en anti-terrorisme, quand elle doit opérer, l’officier qui dirige l’opération est identifié ainsi que les hauts gradés.  Mais par contre, les agents sont protégés. Celui qui vient pour arrêter, il se présente à vous avant de demander à votre tour de vous présenter. Si vous acceptez, vous montez dans le véhicule et vous partez ensemble. Si vous refusez, il fait appel à ses agents. Mais comme nous sommes en train d’opérer dans un contexte où les agents de sécurité sont menacés. C’est pour toutes ces raisons que nous protégeons nos agents sur le terrain d’opérations. Ceux qui agissent sont non seulement cagoulés mais aussi, ils portent des brassards sur lesquels il est clairement mentionné ‘’police’’. Ce mode opératoire n’est pas propre qu’à la Guinée. Des agents opérant dans le cadre de la grande criminalité, quand ils arrêtent, ils n’attachent ni n’administrent des coups. Ils te disent ce pourquoi ils t’arrêtent. Cela ne suffit pas, un procès-verbal est dressé devant ton avocat avant d’être présenté au procureur. Seul le juge décide de votre libération ou de votre inculpation. »

Réagir