Coronavirus : Toute vérité a trois phases

Banniere CBG

par Larry Romanoff.

Premièrement, elle est ignorée.

Deuxièmement, largement ridiculisée.

Troisièmement, acceptée comme une évidence.

Avec le COVID-19, nous sommes entrés dans la phase 2. Dans un premier temps, les médias ont ignoré les affirmations et les analyses selon lesquelles le virus aurait pu provenir des États-Unis. Mais la diffusion d’informations et la réaffirmation de preuves de toutes parts, y compris aux États-Unis, sont devenues trop intenses et les médias occidentaux tournent maintenant ouvertement en ridicule ces affirmations.

En bref, les virologistes chinois ont découvert de manière concluante que la source originale du virus n’était pas la Chine, ni Wuhan, ni le marché aux fruits de mer, mais qu’il avait été retracé jusqu’aux États-Unis, un scénario possible étant que le virus pourrait avoir trouvé son origine dans le laboratoire d’armes biologiques de l’armée américaine à Fort Detrick (qui a été fermé par le CDC en juillet pour des raisons de sécurité), et avoir été apporté en Chine pendant les Jeux Militaires Mondiaux en octobre 2019.

De plus, des virologistes japonais et taïwanais sont arrivés indépendamment à la conclusion que le virus pouvait provenir des États-Unis.

Les Américains ont fait de leur mieux dès le début pour détourner la culpabilité en inventant des histoires de chauves-souris, de serpents, de pangolins, de marché de fruits de mer, l’Université de Wuhan étant une installation de fabrication d’armes biologiques (ce qu’elle n’est pas), et l’histoire de la CIA s’est répandue par le biais de Voice Of America et de Radio Free Asia selon laquelle le virus se serait échappé de cette université. Ils ont déclaré que des chercheurs chinois avaient participé (il y a 7 ans) à des recherches sur un virus similaire financées par le NIH américain, insinuant ainsi la culpabilité de la Chine et omettant de préciser que les recherches antérieures n’étaient pas pertinentes pour les événements actuels.

Je dois dire que les Américains se sont montrés très habiles pour prendre le micro en premier, pour créer un récit « officiel » d’un événement d’actualité tout en inondant les médias de suffisamment de dénonciations pour empêcher un public crédule d’avoir le temps d’assembler logiquement les pièces du puzzle par lui-même.

Ils ont ignoré le fait très réel que peu de nations créeraient ou mettraient en circulation une arme biologique qui s’attaque principalement à elle-même. Ils ont également ignoré la probabilité géopolitique d’un « coup fatal », à savoir qu’un virus est une arme de guerre économique puissante, capable de faire à l’économie chinoise ce qu’une guerre commerciale ne pourrait pas faire.

Les lecteurs non avertis ont tendance à ignorer le fait que, dans la mentalité américaine, il existe de nombreuses raisons géopolitiques solides d’attaquer la Chine, l’Iran et l’Italie, les autres pays ne constituant que des dommages collatéraux malheureux.

De nombreux articles sur les virus contenant cette information et d’autres informations similaires ont été publiés par des sites d’information Internet de second rang, certains articles ayant gagné un énorme lectorat avec des centaines de milliers de téléchargements et beaucoup de re-publications. Beaucoup de ces articles ont été traduits en 6 ou 7 langues et publiés sur des sites web dans le monde entier. Simultanément, de nombreux articles ont été publiés sur les médias sociaux chinois, spéculant sur les circonstances étranges et la longue chaîne de coïncidences inhabituelles qui ont conduit à l’apparition du virus à Wuhan.

L’un des articles mentionnés ci-dessus a été traduit et publié sur les médias sociaux chinois et a recueilli 76 000 commentaires au cours des 8 premières heures. Finalement, les principaux médias chinois ont fait les mêmes déclarations, à savoir que le virus pouvait provenir des États-Unis et que les Américains se livraient à une vaste opération de dissimulation.

Ensuite, Zhao LiJian, un porte-parole du Ministère chinois des Affaires Étrangères, a officialisé l’histoire, par le biais de plusieurs messages sur les médias sociaux américains. Un article important, paru dans le New York Times, a noté que « les remarques de Zhao ont été diffusées sur la plus importante plateforme de médias sociaux en Chine, Weibo … [et] ont été vues plus de 160 millions de fois, ainsi que des captures d’écran des messages Twitter originaux ».

Il semble que les posts Twitter de LiJian, étant essentiellement une source officielle qui ne pouvait pas être facilement ignorée, prétendant que le virus avait été apporté en Chine par les États-Unis pendant les Jeux Militaires, et exigeant une explication de la part des États-Unis, ont reçu trop d’attention du public pour être négligés. Tous ces éléments ont créé une pression politique suffisante pour forcer les médias occidentaux à réagir. Et bien sûr, ils ont répondu en ignorant les faits du message et en dénigrant le messager.

Le 12 mars, The Guardian britannique a publié un article affirmant que la Chine faisait de la « propagande » sur le virus en provenance des États-Unis. Le 13 mars, le New York Times a publié un article similaire sur une « conspiration de coronavirus chinois », avec de fausses déclarations sur l’origine du virus. Puis, le 14 mars, ABC News a publié un article intitulé « De fausses déclarations sur les sources du coronavirus provoquent des disputes entre les États-Unis et la Chine », dans lequel il ridiculisait la Chine et les déclarations d’un virus américain.

Le Seattle Times a publié une version de l’histoire, déclarant : « La Chine avance une nouvelle théorie sur les origines du coronavirus : C’est une maladie américaine… introduite par des membres de l’Armée Américaine qui ont visité Wuhan en octobre. Il n’y a pas la moindre preuve à l’appui, mais la théorie a reçu l’aval officiel du Ministère chinois des Affaires Étrangères, dont le porte-parole a accusé les responsables américains de ne pas dire la vérité sur ce qu’ils savent de la maladie ». Le UK Independent a publié sa propre version de la « théorie de la conspiration chinoise », tout comme CNN.

L’article d’ABC affirme que « le Secrétaire d’État adjoint David Stilwell a donné à l’Ambassadeur [chinois] Cui Tiankai une « représentation très sévère des faits », affirmant que Cui était « très défensif » face à cette attaque américaine « officielle ». Le Département d’État américain aurait déclaré : « Nous voulions mettre le gouvernement [chinois] en garde contre le fait que nous ne tolérerons pas [les théories de conspiration] pour le bien du peuple chinois et du monde ».

Par la suite, le Washington Post, Bloomberg et une demi-douzaine d’autres organes de presse et de médias ont contacté cet auteur pour des interviews, désireux d’avoir l’occasion de démolir cette « théorie de la conspiration » à sa source. L’Ambassade des États-Unis à Pékin a également « tendu la main » à l’auteur « pour en parler ».

Si la campagne d’information publique et la pression politique qui en résulte peuvent se poursuivre, nous entrerons finalement dans la troisième phase où les médias commenceront à admettre d’abord la possibilité, puis la probabilité, puis le fait que les États-Unis soient la source du « virus de Chine ».

source : COVID-19: All Truth Has Three Stages

Réagir