Double scrutin du 22 Mars en Guinée : L’UA et les ONU toujours auprès de la Guinée

Banniere CBG
Par Abdoulaye Fogo Balde

La date est proche mais malgré les appels à des élections inclusives ne cessent pas. C’est dans ce paragraphe que les ONU et l’UA ont de nouveau demandé à ce qu’il y est des élections inclusives en Guinée, cela malgré le discours du président Conde invitant les citoyens à se rendre aux urnes demain dimanche dans le calme et la sérénité.

Le discours des deux institutions

« Le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, suit de près les développements en Guinée dans le cadre des élections législatives et un référendum constitutionnel prévu le 22 mars 2020.Il exprime sa préoccupation face aux tensions et aux divergences qui prévalent entre les acteurs politiques et à leurs conséquences potentielles sur la stabilité à long terme du pays.

Le président de la Commission invite instamment toutes les parties concernées à s’abstenir de toute action susceptible de compliquer davantage la situation actuelle.

La Commission de l’Union africaine appelle le gouvernement et tous les acteurs politiques et sociaux à promouvoir un dialogue politique inclusif afin d’organiser les élections dans un climat apaisé et consensuel. A cette fin, l’union africaine demeure disposée, en concertation avec la CEDEAO, à aider de toutes ses forces les acteurs guinéens à parvenir  à un consensus politique sur les questions en jeu », a indiqué le président de la commission de l’Union Africaine Moussa Faki Mahamat dans une déclaration publiée ce samedi 21 mars.

Dans le même sillage, ce vendredi le Secrétaire Général des Nation-Unies Antonio Guterres a appelé les autorités guinéennes à assurer un processus transparent et pacifique.

« Le Secrétaire général suit de près l’évolution de la situation en Guinée et a pris note de la décision du Président Alpha Condé d’organiser les élections législatives et le referendum constitutionnel le 22 mars.

Le Secrétaire général appelle l’ensemble des parties à assurer un processus pacifique et transparent. Il réitère son appel à un dialogue constructif entre le Gouvernement, l’opposition et la société civile afin de parvenir à un consensus par le biais d’un processus inclusif.

L’ONU est prête à soutenir ces efforts, notamment par l’intermédiaire du Représentant spécial du Secrétaire général pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel, M. Mohamed Ibn Chambas », a déclaré Stéphane Dujarric, Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU. »

Le tard est-il vraiment joué ?

Pour oceanguinee.com

Réagir