Un homme de 101 ans qui a survécu à la grippe de 1918 a aussi battu le coronavirus

Banniere CBG

Il y a ceux qui ont fait le tour du quartier, et puis, il y a ce type : Un Italien de 101 ans a survécu à la grippe de 1918, à une guerre mondiale et maintenant, au coronavirus. Qu’avez-vous fait aujourd’hui ?

Un patient connu sous le nom de « M. P » a été admis la semaine dernière à l’hôpital Infirmi de Remini, en Italie, après avoir été testé positif au COVID-19. M. P est né en 1919, alors que la pandémie de grippe de 1918 – qui allait tuer environ 600 000 Italiens – battait son plein. Mercredi soir, quelque 101 ans plus tard, M. P est sorti de l’hôpital et a été ramené chez lui par sa famille.

La vice-maire de Rimini, Gloria Lisi, a fait une déclaration au journal local ReminiToday à propos de cet homme. La déclaration (incroyablement poétique), grossièrement traduite, se lit comme suit :

« Compte tenu de la progression du virus, on ne pourrait même pas parler d’une « histoire comme les autres » si ce n’était pour un détail qui rend la vie de la personne rendue à ses proches vraiment extraordinaire.

M. P., de Rimini, est né en 1919, au milieu d’une autre tragique pandémie mondiale. Il a tout vu, la faim, la douleur, le progrès, la crise et les résurrections. Une fois franchie la barrière des 100 ans, le destin lui a lancé ce nouveau défi, à la fois invisible et terrible. La semaine dernière, M. P. a été hospitalisé à Rimini après avoir été testé positif au COVID-19. En quelques jours, c’est devenu une « histoire » pour les médecins, les infirmières et le reste du personnel de santé qui l’ont soigné.

Un espoir pour l’avenir se trouve dans le corps d’une personne âgée de plus d’un siècle, car les tristes chroniques de ces semaines racontent mécaniquement chaque jour un virus qui fait rage surtout chez les personnes âgées.

Pourtant, M. P. a réussi. La famille l’a ramené à la maison hier soir, pour nous apprendre que même à 101 ans, l’avenir n’est pas encore écrit ».

Selon la carte de Hopkins, à l’heure où nous écrivons ces lignes, l’Italie est en tête du monde pour les infections liées au COVID-19 entraînant la mort, et elle devrait dépasser la Chine d’ici la fin de la journée pour le nombre total d’infections confirmées. Mais son taux d’infection continue de ralentir et le verrouillage du pays semble fonctionner. La réalité des calculs est brutale, mais le maire Lisi n’a pas tort : l’avenir, comme on l’a doublement démontré, n’est pas entièrement sombre, et il reste encore beaucoup, beaucoup à écrire.

Source: Futurism, le 29 mars 2020

 

pour oceanguinee.com

Réagir