Le nouveau conseil de censure de Facebook, qui décidera des contenus à supprimer du site, comprend une militante yéménite des Frères musulmans.

Banniere CBG

« Le conseil indépendant, qui pourra annuler les décisions de Facebook et de son PDG Mark Zuckerberg sur l’autorisation de contenus individuels sur Facebook et Instagram, est une réponse très médiatisée aux critiques sur la façon dont l’entreprise de médias sociaux traite les contenus problématiques », a rapporté Channel News Asia.

Le « conseil de surveillance » comprendra nul autre que le prix Nobel Tawakkol Karman, la femme yéménite qui est devenue l’un des visages du soulèvement du printemps arabe en 2011.

L’activisme de Karman comprend le soutien aux Frères musulmans, une organisation islamiste qui a été accusée d’avoir commis des attentats terroristes.

Karman a déjà dénoncé les arrestations de membres des Frères musulmans et s’est opposé à la décision d’interdire aux Frères musulmans de participer à la politique égyptienne.

Au Yémen, les Frères musulmans sont dirigés par Abdul Majeed al-Zindani, un islamiste sunnite considéré par les États-Unis comme un « loyaliste de Ben Laden » et qui figure sur la liste des « terroristes mondiaux spécialement désignés » du ministère américain des finances.

Il ne fait aucun doute que la tolérance de Karman concernant la critique de l’islam sur la plateforme Facebook sera limitée.

Comme nous l’avons souligné en début de semaine, une autre des responsables de la censure sur Facebook n’est autre que la professeure Pamela Karlan, qui est anti-Trump.

Karlan s’est fait un nom grâce à une diatribe lors des audiences de mise en accusation, au cours desquelles elle a fait de Barron Trump la chute d’une blague.

Karlan a également été décrite par le New York Times comme une « porteuse de flambeau libérale à la gorge pleine et impitoyable ».

Ce sont ces personnes qui décideront si vos publications sur Facebook enfreignent les règles de plus en plus draconiennes du réseau des médias sociaux.

Le commissaire de la FCC, Brendan Carr, a répondu à l’annonce du conseil de surveillance en le qualifiant de fraude partisane.

« Voici votre nouvelle police des récits », a déclaré M. Carr. « Facebook a maintenant un conseil de surveillance habilité à retirer des messages. »

« La décision de Facebook sape sa prétention que les publications ne seront pas censurées pour des raisons politiques partisanes. Karlan a déclaré que « le président Trump doit être tenu responsable ». Elle a écrit *en 2016* qu’elle se sentait « responsable de contester [Trump] devant le tribunal de l’opinion publique ».

Aube Digitale

Réagir