Reprise des cours en Guinée: le hic n’est pas que les mesures barrières mais le coût du transport

Banniere CBG

Le Président de la République dans son adresse à la nation au journal télévisé de 20h30 en date du 15 juin 2020, a anoncé plusieurs nouvelles mesures et assouplissements, dont la reprise prochaine des cours à partir du 29 juin pour les classes d’examens et les institutions d’enseignement supérieur.

Cette réouverture est conditionnée dit-il par la présentation par les ministères concernés des mesures qui font respecter les gestes barrières notamment :
– Reprise des cours en Guinée: le hic n’est pas que les mesures barrières mais le coût du transportmasques y compris par les enseignants

– Un programme ordonné de rentrée des classes.

Ces mesures sont dore et déjà adoptées et integrées dans la façon de faire du Guinéen.

Cependant le hic n’est pas ces mesures barrières, mais le coût du transport pour les élèves, étudiants et enseignants.

Il Faut rappeler que le prix du tronçon a doublé depuis l’interdiction de dépasser 4 personnes dans une voiture simple. Or, à Conakry les périodes de cours sont des périodes où il ya le plus de besoin en transport urbain. Alors comment assouplir et minimiser ce fardeau économique qui vient s’ajouter sur ce marasme économique qui mine les familles à Conakry.

Sachant que le taux horaire des enseignants et le choix des institutions d’enseignement à l’ouverture n’ont pas tenu compte de cette hausse drastique du coût de transport, il ya lieu de penser à une approche d’accompagnement économique de cette reprise. Et sur ce, je propose:

Premièrement à l’image du régime de Feu Général Conté il est possible que l’Etat réhabilite le peu de bus pouvant rouler à Conakry et les mettre à la disposition exclusive des élèves et étudiants pendant les heures de pointes aller et retour : cette exclusivité sera conditionnée par la présentation de la carte d’élève ou d’étudiant avant de monter dans le bus.

Deuxièmement : l’Etat doit assister les promoteurs privés afin qu’ils puissent offrir des primes de transport aux enseignants pendant une période de deux mois et donner directement une prime transport aux enseignants fonctionnaires de l’Etat.

Le budget national avec toutes les difficultés pourrait bien suporter ça pendant deux mois.

Thierno Saala Diallo
Acteur de développement

Réagir