La « deuxième vague » de COVID-19 pourrait anéantir les marchés pétroliers

Banniere CBG

La flambée des prix du pétrole a peut-être pris fin, la « deuxième vague » de coronavirus, longtemps redoutée, est maintenant arrivée, ce qui représente une nouvelle menace pour l’économie mondiale.

Une nouvelle vague d’infections à Pékin ce week-end a provoqué une réaction digne des « temps de guerre » de la part du gouvernement chinois, a déclaré un haut responsable de la ville. Les écoles, les salles de sport, les centres commerciaux et les supermarchés ont connu une nouvelle série de fermetures et de points de contrôle.

Dans l’ensemble des États-Unis, les infections sont en hausse dans de nombreux États, même si les Américains se montrent lassés et réticents à poursuivre le port de masques et les directives de distanciation sociale. Cependant, contrairement à mars et avril où l’épicentre de la pandémie était New York, les nouvelles explosions de cas sont plus concentrées dans le sud. Samedi, les États-Unis ont signalé près de 26 000 nouveaux cas, soit le total le plus élevé en près d’un mois.

« La deuxième vague a commencé », a déclaré William Schaffner, de la faculté de médecine de l’université Vanderbilt, sur CNBC. La pandémie n’a jamais vraiment disparu, ce n’est donc pas comme s’il y avait une première et une deuxième vague discrètes. Mais la résurgence des infections ces derniers jours a provoqué une liquidation des marchés financiers.

Le prix du pétrole a encore reculé lundi, avec une baisse de plus de 10 % en moins d’une semaine.

« Les craintes de voir le début d’une seconde vague de la pandémie dominent les salles de marché ce matin dans le monde entier, de Pékin à la Floride », a déclaré Bjornar Tonhaugen, responsable des marchés pétroliers chez Rystad Energy, dans un communiqué.

« Les marchés évoluent dans des vagues de peur et d’avidité, et après que l’avidité ait connu une longue chevauchée de joie, la peur a recommencé à germer ».

Le FMI devrait revoir à la baisse ses prévisions économiques mondiales lorsqu’il publiera de nouveaux chiffres le 24 juin. Le Fonds a déclaré en avril que le PIB mondial pourrait se contracter de 3 % cette année. « Cette pandémie a été et continue d’être comme des dominos qui tombent », a déclaré samedi la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, soulignant la propagation continue du virus dans le monde. « Et nous savons tous que ce n’est pas fini tant que ce n’est pas fini partout. » En mai, la production industrielle de la Chine a augmenté de 4,4 % par rapport à l’année précédente, un gain plus faible que prévu qui a alimenté les craintes d’une reprise économique.

Le président de la Fed de Dallas, Robert Kaplan, a déclaré que la santé de l’économie ne dépendait pas seulement de la relance fédérale et de la réouverture des entreprises, mais aussi des mesures de santé publique, notamment le port généralisé de masques et d’autres mesures de confinement.

« La mesure dans laquelle nous le faisons bien déterminera la rapidité de notre reprise. Notre croissance sera plus rapide si nous faisons bien les choses », a déclaré M. Kaplan sur CBS. « Et en ce moment, c’est relativement inégal ».

Pendant ce temps, l’accumulation de pétrole stocké ces derniers mois laisse perplexe. Rien qu’en Chine, 440 millions de barils supplémentaires devraient être stockés au cours des six premiers mois de l’année, selon IHS Markit, ce qui représente la plus forte augmentation jamais enregistrée par un pays. Cette augmentation en Chine a en fait fait fait monter les prix du pétrole, offrant une source de demande au plus profond de la crise. Mais il n’est pas certain que le taux d’injection de stockage puisse continuer.

Les difficultés du marché pétrolier sont aggravées par le fait que les prix ont peut-être trop augmenté pour commencer, avant même que des données récentes ne montrent une augmentation des infections à Covid-19.

« L’ampleur de la vente peut s’expliquer par l’optimisme excessif qui régnait auparavant », a écrit la Commerzbank dans une note lundi, en soulignant les paris spéculatifs sur la hausse des prix du pétrole.

« Les positions longues nettes détenues par le gestionnaire de fonds dans le WTI sur NYMEX ont encore augmenté dans la semaine du 9 juin et à près de 400.000 contrats se sont retrouvées à leur plus haut niveau depuis juillet 2018 ».

La banque a ajouté que les marchés du pétrole ont fait « la sourde oreille », se concentrant uniquement sur les nouvelles positives telles que les baisses de production de schiste aux Etats-Unis et les réductions de production de l’OPEP+ tout en ignorant les drapeaux rouges. Le coronavirus n’a jamais disparu et se propage maintenant dans de nouvelles régions. Le Brésil est récemment passé en deuxième position en termes de nombre total de décès dus au virus.

« Les perspectives du marché pétrolier risquent de s’assombrir à nouveau en raison de la faiblesse des données économiques et des inquiétudes concernant une deuxième vague de la pandémie de Covid-19 », a ajouté la Commerzbank. « La demande en dehors de la Chine reste faible, c’est pourquoi nous prévoyons une nouvelle baisse des prix à court terme »

Source: Oil Price

Réagir