Un proche de Faya Milimouno réponds aux allégations selon lesquelles il serait un enseignant fictif suite à un recensement effectué par Dr Bano Barry, actuel Ministre de l’éducation nationale.

Banniere CBG

Quand un enfant a les mains propres, il prend son repas dans le cercle des anciens. C’est une sagesse africaine qui le dit. Et cette sagesse africaine s’applique réellement à Dr Faya Millimouno. Cet homme politique, né dans le Sud de la Guinée, est une école en matière d’honnêteté intellectuelle, de constance politique, de probité morale.

Certaines personnes, pour des raisons qu’elles seules connaissent, s’évertuent à des élucubrations pour salir l’homme. Mais tenez vous bien, la bave du crapaud n’atteint pas la blanche Colombe. Il y a quelques heures, une certaine presse se donnait le luxe de publier une information du moins très surprenante pour qui connaît l’homme. L’article mentionnait clairement le nom de Dr Faya Millimouno comme étant un fonctionnaire fictif du système éducatif guinéen. Quelle abomination ? Quand on ne connaît pas on demande, pas plus simple que ça non ? Mais vous publiez un torchon sans se référer à la personne ou à sa cellule de communication, et vous venez nous faire savoir que vous avez tenté à plusieurs fois de le joindre mais sans succès. Dr Faya a un porte parole et le Bloc Libéral à son service de communication.

Alors pour votre information, notez que Monsieur Millimouno était l’un des deux guinéens admis pour les bourse d’excellence de la Francophonie en 1993. Il était enseignant à l’Ecole Normale Supérieur de Manéah de 1988 à 1993. En vertu du régime des congés spécifiques aux titulaires des emplois de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, un enseignant chercheur en congé de perfectionnement bénéficie de son salaire indiciaire durant toute la période de sa formation.

La durée de la formation de Monsieur Millimouno s’étendait d’août 1993 en décembre 1998. Mais en 1995, c’est-à-dire deux années seulement après son départ, son salaire est coupé par l’Etat guinéen de façon unilatérale bien qu’il avait sa famille en Guinée. Le seul argument que la fonction publique avait trouvé à l’époque, c’est qu’on le soupçonnait de ne plus vouloir revenir au pays. C’est ça aussi notre administration publique ? On paye les salaires des aventuriers qui font des éloges du pouvoir mais vivent hors du pays et de l’autre côté on confisque les salaires des boursiers officiels du pays.

La suite, c’est que Dr Faya n’a plus perçu un centime de son salaire depuis 1995 jusqu’à nos jours. Il faut dire qu’à son retour, il avait proposé de dispenser les cours de façon gratuite à l’ISSEG de Lambanyi en 2011, malheureusement, il lui a été signifié qu’il ne pouvait dispenser les cours à cause de son statut d’opposant. C’est aussi l’autre visage de notre Guinée, on rejette les compétences au prétexte que ce sont des opposants. C’est ignoble non ?

Dr Faya, n’est pas un salarié, si son nom est sur une liste de fonctionnaires fictifs, ça veut dire que son salaire n’avait pas été coupé en 1995, mais plutôt détourné par certaines personnes qui sont aux ministères de la fonction publique, de l’économie et du budget. Ce sont eux qui doivent justifier qui touchait le salaire de Dr Faya. C’est là ou le travail journalistique devrait être fait. Malheureusement, vous avez préféré la désinformation pour salir un homme dont les qualités morales et intellectuelles sont irréprochables.

Si Dr Faya voulait de l’argent public, il aurait déjà donné son âme au diable comme le font certains opposants en s’alliant au pouvoir pour faire la promotion de toutes les mauvaises pratiques dont souffre notre pays : la gabegie financière, les mensonges au peuple, les détournements de fonds publics, les contrats de gré à gré, la corruption , les mandats périmés, … Il a refusé le complot organisé par certains politiques contre le peuple.

Pour votre information, Dr Faya a déjà demandé à son avocat d’engager une procédure visant à faire reverser au trésor l’argent indûment pris à son nom par des fonctionnaires véreux. Il se réserve aussi le droit de poursuivre ces fonctionnaires.

Retenez bien que même la nuit, le lait est toujours blanc…..

Wattara Aboubacar Sidiki
Porte-parole de Dr Faya Millimono, President du bloc liberal.

Réagir