Famine : Le vice-président du Zimbabwe accuse l’incapacité de l’ »homme blanc » à leur enseigner l’économie

Banniere CBG

Dix-huit ans après que le gouvernement zimbabwéen de Robert Mugabe a saisi de vastes étendues de terre aux fermiers blancs et les a expulsés de force, le vice-président de ce pays frappé par la famine attribue la crise à l’ »homme blanc » qui ne leur a pas enseigné l’économie.

Le Zimbabwe est confronté à des famines, des pénuries et une hyperinflation depuis une révolution et les saisies de terres l’ont fait passer de son perchoir de « grenier à blé de l’Afrique » à une nation sous-développée, affamée, avec une économie à peine fonctionnelle.

Dans un tweet légendé, « le vice-président du Zimbabwe, Kembo Mohadi, a reproché aux anciens maîtres coloniaux du pays, la Grande-Bretagne, de ne pas avoir enseigné aux Zimbabwéens comment gérer leur économie. Il dit que depuis qu’ils ont obtenu leur indépendance de la Grande-Bretagne en 1980, les Zimbabwéens ne savent que gérer de petites entreprises », a déclaré un média local dans une interview où le vice-président blâme les blancs pour les difficultés durables.

Selon News 24, le vice-président « s’adressait aux structures provinciales du Zanu PF, au pouvoir, à Gwanda, au sud-est de Bulawayo », lorsqu’il a fait ces remarques.

Mohadi commence par aborder les problèmes économiques du Zimbabwe et pose la question : « Est-ce le gouvernement qui en est la cause ? »

Après une brève pause, il a ajouté : « Comment en sont-ils la cause ? Je dis cela parce que, premièrement, nous avons obtenu notre indépendance politique, mais l’homme blanc ne nous a jamais donné la connaissance de la façon dont l’économie fonctionne ».

Rapport de NationalFile : Les commentateurs des médias sociaux, y compris les Zimbabwéens, ont eu honte de la déclaration de Mohadi.

« C’est un moment embarrassant aux proportions épiques. Pourquoi mener si vous n’avez aucune idée de comment faire ? Pas étonnant que notre pays continue à s’enfoncer dans ce marasme », a fait remarquer un Zimbabwéen avec colère.

Un autre a déclaré : « Ils blâment les Blancs pour leur incapacité totale à se nourrir et à faire tourner l’économie. Ils tuent, torturent, violent les fermiers blancs ou les brûlent. Ils sont doués pour cela et brillent par leur corruption. Récolter ce que l’on sème n’a jamais été aussi vrai qu’au Zimbabwe ».

Plus de 4,3 millions de Zimbabwéens sont confrontés à une insécurité alimentaire alors que les difficultés économiques entravent la capacité du pays à prospérer.

Le Zimbabwe était autrefois une nation prospère, largement gouvernée par les Européens et axée sur les terres agricoles productives connues sous le nom de Rhodésie. Après une violente guerre civile au début des années 1980, le nouveau gouvernement du Zimbabwe a commencé à saisir les terres agricoles des propriétaires blancs et à les donner aux noirs en guise de réparation. Depuis le début de cette politique, l’approvisionnement alimentaire du Zimbabwe est devenu entièrement dépendant des sources internationales.

par Aube Digitale

Réagir