Ouganda : Au moins 12 civils ont été tués par les forces de sécurité chargées de faire respecter les mesures contre le Covid 19.

Banniere CBG

En Ouganda, au moins 12 personnes auraient été tuées par des agents de sécurité appliquant des mesures visant à limiter la propagation du coronavirus, alors que personne n’a été confirmé comme étant mort du virus lui-même. Patience Atuhaire a rencontré certaines des personnes touchées par la violence.

Joyce Namugalu Mutasiga me parle alors qu’elle fait frire des petites crêpes, appelées kabalagala, au feu de bois, ses mots sortant en phrases courtes et croustillantes, ponctuées de longs silences.

« Quelqu’un s’éloigne de toi et tu lui tires dessus ? Au moins, ils auraient dit qu’ils s’excusaient, parce que sa vie ne reviendra jamais, et maintenant je vais me battre avec les enfants », dit-elle, s’efforçant de contenir ses émotions.

Cette femme de 65 ans est aujourd’hui le principal soutien d’une famille de huit personnes.

Deux de ses petits-enfants, âgés de trois et cinq ans, trop jeunes pour saisir toute l’ampleur de ce qui leur est arrivé, courent à travers la cour en pointant une voiture dans la cour : « Prends une photo de la voiture de papa ! »

En juin, près de trois semaines après qu’un policier ougandais lui aurait tiré dans la jambe, Eric Mutasiga est mort de ses blessures. Selon sa mère, ses derniers instants se sont déroulés dans une salle d’opération de l’hôpital de Mulago, en Ouganda.

Le directeur, âgé de 30 ans, était l’un de ceux qui auraient été tués par les forces de sécurité lors de la mise en place d’un confinement visant à enrayer la propagation du coronavirus.

 

Aissata Keita pour oceanguinee.com

Réagir