« Pas de baguette magique » – M. Tedros de l’OMS avertit que nous ne pourrions jamais trouver de vaccins contre le Covid-19

Banniere CBG

Alors qu’un nombre croissant d’observateurs apparemment impartiaux (dont les analystes de JP Morgan et Goldman) suggèrent que le retour au confinement n’est peut-être pas le meilleur moyen de lutter durablement contre le SARS-CoV-2, le directeur général de l’OMS, le Dr Tedros, a déclaré lundi, lors de la dernière réunion d’information organisée par l’organisation depuis son siège à Genève, qu’un remède contre le virus pourrait ne jamais être trouvé, et qu’il n’existe « pas de solution miracle ».

Plus de 100 vaccins candidats sont à divers stades de développement et d’étude, mais seuls six d’entre eux, suivis par l’OMS, sont entrés en phase 3 des essais cliniques, la série d’essais la plus complète jamais conçue pour mesurer étroitement la sécurité et l’efficacité.

Mais même sans vaccin, la baisse des taux de mortalité aux États-Unis et dans le monde laisse penser que les médecins ont fait de sérieux progrès dans le traitement de la maladie.

« Un certain nombre de vaccins sont actuellement à la phase 3 des essais cliniques et nous espérons tous disposer d’un certain nombre de vaccins efficaces qui peuvent aider à prévenir l’infection ».

« Toutefois, il n’y a pas de solution miracle pour le moment et il se pourrait qu’il n’y en ait jamais », a déclaré le Dr Tedros.

Néanmoins, le monde dispose d’outils pour arrêter la propagation des épidémies. Confinements, masques, distanciation sociale, traçage des contacts. « Faites tout », a conseillé le Dr Tedros – qui, rappelons-le, n’est pas médecin, mais détient un doctorat en philosophie avec un accent sur la santé communautaire.

Pour l’instant, l’arrêt des épidémies se résume aux principes de base de la santé publique et du contrôle des maladies.

Il faut tester, isoler et traiter les patients, et rechercher et mettre en quarantaine leurs contacts. Faites tout cela.

Informer, responsabiliser et écouter les communautés. Faites tout cela.

Pour les individus, il s’agit de garder une distance physique, de porter un masque, de se laver les mains régulièrement et de tousser en toute sécurité à l’écart des autres. Faites tout cela.

Le message aux citoyens et aux gouvernements est clair : faites tout.

Et quand tout est sous contrôle, continuez !

Les dirigeants doivent se souvenir : Dans la lutte contre le COVID-19, la levée précoce des restrictions est la plus grande erreur qu’un pays puisse faire.

Continuez à renforcer le système de santé.

Continuez à améliorer la surveillance, le traçage des contacts et veillez à ce que les services de santé perturbés soient rétablis le plus rapidement possible.

Maintenez les garanties et la surveillance en place, car la levée trop rapide des restrictions peut entraîner une résurgence.

Continuez à investir dans la main-d’œuvre et à communiquer avec les communautés et à les faire participer.

Nous avons constaté dans le monde entier qu’il n’est jamais trop tard pour inverser le cours de cette pandémie.

Si nous agissons ensemble aujourd’hui, nous pouvons sauver des vies, nous pouvons sauver des moyens de subsistance si nous le faisons tous ensemble.

Et même si un vaccin efficace est trouvé, il est possible que le mieux que nous puissions faire soit une piqûre saisonnière comme le vaccin contre la grippe.

Lorsqu’il s’agit de lutter contre le COVID-19, les gouvernements devraient s’en tenir à ce qui a fonctionné. Cependant, certains soupçonnent que les mesures de confinement strictes qui ont fonctionné dans des endroits comme la Chine et l’Europe par le passé ne sont pas la meilleure façon de progresser : Par exemple, l’épidémie de Melbourne n’a fait que s’aggraver depuis que la ville et certaines de ses banlieues ont été mises en quarantaine il y a trois semaines, ce qui fait que les immenses dégâts économiques semblent superflus.

Gardez à l’esprit que, alors que les scientifiques américains insistent pour que les masques soient rendus obligatoires en raison de la prépondérance des preuves montrant qu’ils peuvent empêcher les personnes infectées de propager le virus par voie aérienne, l’OMS a traîné les pieds, affirmant qu’il faut poursuivre les recherches sur la transmission par aérosol. Les modes de propagation du virus acceptés sont le contact étroit avec des gouttelettes expulsées lorsqu’une personne infectée tousse, éternue, respire ou parle, l’expulsion de petites micro-gouttelettes susceptibles de se propager sur de longues distances (jusqu’à 10 mètres ou plus, dans un environnement approprié, selon au moins une étude) et le contact avec des surfaces contaminées.

par Aube Digitale

Réagir