L’OMS a mené des « entretiens approfondis » avec des scientifiques de Wuhan pour prouver que le virus ne s’est pas échappé d’un laboratoire

Banniere CBG

L’Organisation mondiale de la santé – qui a salué les premiers efforts de la Chine pour « maîtriser » la propagation du COVID-19, a fait la propagande du PCC sur sa transmission, et a refusé de déclarer l’état d’urgence de pandémie jusqu’au 11 mars (prétendument à la demande du président chinois Xi Jinping) – a mené des « discussions approfondies » avec des scientifiques à Wuhan pour déterminer l’origine « naturelle » de l’épidémie, selon Reuters.

Selon un porte-parole de l’OMS, la « mission d’enquête » comprenait des discussions sur la recherche en santé animale.

« L’équipe a eu des discussions approfondies avec ses homologues chinois et a reçu des mises à jour sur les études épidémiologiques, l’analyse biologique et génétique et la recherche sur la santé animale », a déclaré Christian Lindmeir, de l’OMS, qui a ajouté que l’enquête comprenait des discussions vidéo avec des virologistes et des scientifiques de Wuhan.

La mission de trois semaines comprenant deux spécialistes de la santé animale et en épidémiologie a été chargée de jeter les bases d’une équipe plus large d’experts chinois et internationaux qui chercheront à découvrir comment le virus à l’origine de COVID-19 a franchi la barrière des espèces des animaux aux humains. –Reuters

La position officielle de l’OMS est que le COVID-19 est passé de la chauve-souris à l’homme par un animal intermédiaire inconnu – et a exclu la possibilité que le virus de Wuhan se soit échappé de l’Institut de virologie de Wuhan, dont la scientifique principale, Shi Zhengli, a déclenché un débat éthique international en 2015 sur la modification génétique des coronavirus de chauves-souris pour les rendre transmissibles à l’homme.

À la mi-avril, le Washington Post a rapporté que le Département d’État américain avait reçu deux câbles de fonctionnaires de l’ambassade américaine en 2018 l’avertissant d’une sécurité insuffisante à l’Institut de virologie de Wuhan, qui menait des « études à risque » sur les coronavirus de chauves-souris, selon le rapport – qui a noté que les câbles « ont alimenté les discussions au sein du gouvernement américain pour savoir si ce laboratoire ou un autre de Wuhan était la source du virus ».

Ainsi, la « mission préparatoire » de trois semaines de l’OMS, dirigée par deux spécialistes de la santé animale et de l’épidémiologie, a été « chargée de jeter les bases d’une équipe plus large d’experts chinois et internationaux qui chercheront à découvrir comment le virus à l’origine de COVID-19 a franchi la barrière des espèces, des animaux aux humains« , selon le rapport.

Notamment – les experts américains ont été exclus de la mission de l’OMS, tandis que le chef des urgences de l’organisation, Mike Ryan, a donné un indice quant à la direction que prend cette chasse aux « origines naturelles » – déclarant dans un communiqué « Le fait que cette alarme incendie ait été déclenchée (à Wuhan) ne signifie pas nécessairement que c’est là que la maladie est passée des animaux aux humains ».

Nous nous demandons si l’OMS a demandé pourquoi Pékin a ordonné aux laboratoires de toute la Chine de détruire des échantillons de coronavirus début janvier ?

Aube Digitale

Réagir