Découvrez la légende de wazal, un conte qui a pour cadre l’Afrique.

Banniere CBG

La légende de « Wazal » est un conte qui a pour cadre l’Afrique et ce n’est pas qu’une histoire pour se divertir. Imager ce conte à travers la bande dessinée a aussi pour but de présenter cette partie de l’Afrique qui est la région du bassin du Lac Tchad et les pays qui composent cette région, dont le Cameroun. Les paysages – l’architecture

–  les coutumes – les interdits – les rituels –  les cultures vestimentaires – les étoffes –  les accessoires – les coiffures – les couleurs de la vie quotidien… »

A travers la bande dessinée « La légende de Wazal » je raconte ma culture, ma source d’inspiration, mon don, ma passion pour la mode que j’ai reçu de mon défunt père, le couturier Ayissi Nga Pierre Célestin.

Ma source d’inspiration provient de l’Afrique entière. C’est l’essence même de mes œuvres.

Pour le tissu Wazaliane, je me suis inspiré des tissus du Ghana et du Cameroun ; plus respectivement le Kenté et le Ndop.

Quant au code vestimentaire du village de Wazalville, j’ai apporté une touche nigériane qui se marie bien avec les deux tissus précédents.

L’Afrique est un réel bol d’idées pour moi. Je pioche ce qui me semble intéressant et je travaille cela pour proposer quelque chose d’unique.

Une histoire wazalkaliflagilistik

A préciser qu’AYISSI NGA Joseph-Marie alias JJ DU STYLE (auteur de ce compte) est aussi un créateur de vêtements Streets chics de nationalité franco-camerounaise.
Etant lui-même fils d’un couturier et suivant les traces des pionniers camerounais de la mode comme Imane AYISSI ou encore Martial TAPOLO, il crée  « WAZAL » sa ligne de vêtements en 2005. En 2006, il lance ses premiers modèles qui sont portés par certaines célébrités telles que : SINGUILA, ALPECO, WAYNE BECKFORD, ROMARIC KOFFI et LALCKO.
Sa marque « WAZAL » est un assemblage de WAZA, nom d’un parc naturel au Cameroun et de la lettre L de Lion, animal symbole de ce pays. Le parc naturel inspirant le respect et le lion la puissance.

 

par le Groupe Océan Médias (GOM)

Réagir