Embargo anti-Iran: les Américains perdent pied

Banniere CBG

Après avoir échoué à convaincre les membres permanents du Conseil de sécurité de voter en faveur de la reconduction des sanctions contre l’Iran, les États-Unis ont fait circuler mardi une résolution révisée afin d’avoir l’avis favorable des membres du Conseil de sécurité, où Moscou et Pékin ont exprimé leur forte opposition à ce projet de résolution.

Avec André Chamy, juriste international, nous et d’autres confrères ont passé en revue cette nouvelle marche arrière américaine face à l’Iran.

André Chamy : « c’est un petit repli parce que stratégiquement les Américains ont essayé depuis plusieurs semaines pour ne pas dire plusieurs mois de faire plier un certain nombre de membres du Conseil de sécurité de l’ONU.

Ils ont ensuite essayé d’exercer des pressions dans ce sens-là en menaçant même d’utiliser le mécanisme de Snapback qui était prévu dans l’accord nucléaire, mais ils n’ont pas été rejoints par les autres membres pour plusieurs raisons.

La première raison c’est que les autres membres du conseil de sécurité ont choisi non pas par préférence pour l’Iran, mais ils ont cru que c’était à moindre de mal, car ils se sont dit que si on vote le projet américain tel qu’il se présente même s’il y a une possibilité de veto russe et chinois, ils se sont dit que ça serait à moindre de mal parce que si l’ensemble des membres du conseil de sécurité votent en faveur du projet américain, cela inciterait probablement la République islamique d’Iran à se retirer de l’accord parce qu’elle ne trouvera plus aucun intérêt à en faire partie.

Par définition un accord c’est une convention multipartite qui incite ses signataires à respecter leurs engagements. »

GOM

Réagir